Lyon 1ère

Auvergne-Rhône-Alpes aux deux tiers En Marche, NVB perd à Villeurbanne

Lundi 19 Juin 2017

A l'image de Najat Vallaud-Belkacem, battue à Villeurbanne, Auvergne-Rhône-Alpes n'a pas échappé à la déferlante d'En Marche! mais un certain rééquilibrage s'est opéré entre les deux tours, qui a profité surtout à la droite.

La majorité présidentielle (REM MoDem) a remporté 41 des 64
circonscriptions, contre 16 aux Républicains, cinq au PS et deux au PCF, sur fond de forte abstention comme ailleurs.

Le Front national, qui participait à sept duels, n'obtient aucun siège, de
même que la France insoumise (5) et l'UDI (3).

Au final, le nombre de partis
représentant la région à l'Assemblée s'est restreint par rapport à 2012 en
l'absence de députés UDI et EELV.

"La région est à l'image de la France: les électeurs qui ont voté limitent
la portée de la victoire de la République en Marche qui s'annonçait totale ici au soir du premier tour", commente Renaud Payre, directeur de Science-Po Lyon.

Les Républicains s'imposent comme "les principaux opposants".

Les candidats REM et MoDem font presque carton plein dans le Rhône avec 12 circonscriptions sur 14, dont celle de Villeurbanne où le chef d'entreprise Bruno Bonnell a battu, avec 60,32% des voix, l'ex-ministre socialiste de l'Education.

"Une victoire d'étiquette", selon Renaud Payre, "dans une circonscription-fief gagnable" sur le papier pour Mme Vallaud-Belkacem.

Des barons LR comme Georges Fenech ou Philippe Cochet ont perdu leur siège mais Bernard Perrut et Patrice Verchère ont sauvé le leur.

Dans les circonscriptions lyonnaises, les poulains du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb sont tous élus.

Dans la Loire, le socialiste Régis Juanico sauve son siège de 23 voix et
Dino Cinieri (LR) conserve le sien de 99. Mais les Marcheurs raflent les
quatre autres.

Dans la Drôme, trois circonscriptions sur quatre reviennent aux candidats
REM dont Célia de Lavergne qui bat le dauphin d'Hervé Mariton. Emmanuelle
Anthoine sauve la mise pour la droite dans la 4e.

L'Ain et l'Ardèche résistent -

Dans l'Ain, trois députés LR sont reconduits : Xavier Breton et Charles de la Verpillière, pourtant distancés au premier tour ; ainsi que Damien Abad,
président du conseil départemental, très confortablement réélu (67,02%). REM gagne les 3e et 4e circonscriptions.

L'Ardèche quant à elle n'enverra au Palais-Bourbon aucun des Marcheurs
arrivés en tête au premier tour mais deux socialistes: Hervé Saulignac,
président du conseil départemental et dauphin de Pascal Terrasse, et le
sortant Olivier Dussopt, maire d'Annonay. La 3e circonscription revient à Fabrice Brun (LR).

Dans les Alpes, les deux départements savoyards, traditionnellement acquis
à la droite mais secoués par la vague Macron, ont renversé quelque peu la
vapeur mais les ténors LR ne sont pas épargnés.

En Savoie, la plus jeune candidate REM, Typhanie Degois, 24 ans, fait
chuter de peu Dominique Dord (LR), tandis qu'en Haute-Savoie Frédérique Lardet prive Lionel Tardy d'un 3e mandat ; Xavier Roseren barre la route à Sophie Dion et Véronique Riotton s'impose devant la dauphine de Bernard Accoyer.

En Isère, la majorité présidentielle fait une razzia sur 9 des 10
circonscriptions - avec 7 femmes - à l'exception notable de la 4e où la
sortante Marie-Noëlle Battistel sauve un siège pour le PS, face à son ancien
suppléant.

Les scores sont nets, surtout face aux candidats FN. Dans la "banlieue
rouge" de Grenoble, le candidat REM Jean-Charles Colas-Roy l'emporte avec
73,55% des voix.

En Auvergne, En Marche! remporte cinq des 12 circonscriptions et les
députées y seront deux fois plus nombreuses qu'en 2012.

Dans le Puy-de-Dôme, la magistrate Laurence Vichnievsky (MoDem) a battu
Louis Giscard d'Estaing (UDI), fils de l'ancien président de la République.

L'Allier a également élu pour la première fois de son histoire deux femmes, étiquetées REM, dont la benjamine des députés auvergnats, Bénédicte Peyrol, 26 ans. Seul l'ancien président communiste du conseil départemental Jean-Paul Dufrègne a brisé la vague macroniste en remportant son premier mandat de
député.

A l'Assemblée, il rejoindra l'inexpugnable André Chassaigne qui en a décroché un quatrième dans le Puy-de-Dôme, battant l'agriculteur REM Sébastien Gardette avec plus de 63% des suffrages.

Le PS ne conserve qu'un seul siège, celui de Christine Pirès-Beaune qui
rempile dans le Puy-de-Dôme.

Dans le Cantal, les Républicains font carton plein, le président du
département Vincent Descoeur ayant comblé son retard du premier tour sur
François Danemans (REM).

La droite conserve aussi la Haute-Loire. L'ancienne suppléante de Laurent Wauquiez, Isabelle Valentin, assure la succession de celui qui voulait rester président d'Auvergne-Rhône-Alpes.


Avec AFP


Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20