Lyon 1ère

Incertitude à l'Opéra de Saint-Etienne, plongé dans la crise

Vendredi 23 Mai 2014

Incertitude à l'Opéra de Saint-Etienne, plongé dans la crise
Privé de direction, l'Opéra Théâtre de Saint-Etienne est plongé dans l'incertitude après trois semaines de crise, marquée par la suspension de cinq cadres par la nouvelle municipalité UMP pour de "graves dysfonctionnements".
 
"Chasse aux sorcières", "climat de violence", "pantalonnade": des précédents maires de la ville à la ministre de la Culture, les critiques ont fusé contre l'équipe du nouvel édile UMP, Gaël Perdriau.
 
"Il n'est pas normal que des artistes ou des programmateurs soient pris en otage pour des considérations politiques", a lancé la ministre de la Culture, Aurélie Filipetti.
 
La mairie a suspendu neuf cadres de l'institution, le 30 avril, avant d'en réintégrer quatre. Parmi les cinq restants, visés par une enquête administrative, se trouve le chef d'orchestre de l'Opéra, Laurent Campellone, qui a démissionné samedi.
 
"Le respect mutuel et la confiance réciproque nécessaires à ma fonction sont rompus. J'ai été patient, mais je ne peux plus travailler dans ces conditions", a déploré le chef d'orchestre auprès de l'AFP.
 
"On ne peut pas privilégier la notoriété d'un homme aux souffrances d'autres", a rétorqué mercredi Marc Chassaubéné, adjoint au maire chargé de la Culture, évoquant les "problèmes de ressources humaines" au coeur de l'enquête.
 
A l'arrivée de la nouvelle équipe municipale, "plusieurs délégations syndicales et plusieurs pétitions" ont dénoncé des "pressions de la direction" et fait état de "tentatives de suicide au sein du personnel", a précisé l'élu.
 
L'adjoint à la Culture a également évoqué des problèmes techniques - un dysfonctionnement dans la commande informatique des cintres - laissant craindre une "mise en danger" des salariés en cas d'accident.

L'enquête devra aussi se pencher sur les difficultés financières de l'Opéra, qui a enregistré "un dépassement de budget d'environ un million d'euros" sur les trois derniers exercices, ainsi que sur "l'impréparation des saisons", faute de contrats signés en amont.
 
"Le dérapage budgétaire de l'Opéra Théâtre sur cette saison s'élève à 600.000 euros, dont 200.000 euros dus à une diminution de la subvention du conseil général, et pas à un million d'euros", a contesté l'ancien maire socialiste, Maurice Vincent.
 
Les investigations seront "faites dans les meilleurs délais", a promis l'adjoint aux Ressources Humaines, Michel Béal. Pour l'un des cinq cadres, fonctionnaire territorial, la mairie est tenue par un délai de quatre mois qui s'achèvera fin août.
 
En attendant, l'institution est plongée dans un "flou très perturbant pour tout le monde", a concédé Marc Chassaubéné, en quête d'une "direction intérimaire", recrutée à l'extérieur, "pour rassurer les agents".
 
La situation tient dans une scène, très inhabituelle: mercredi, c'est l'adjoint à la Culture, visiblement peu familier de l'exercice, qui a assuré la traditionnelle présentation de la saison 2014-2015 de l'Opéra.
 
Et si la mairie n'a pas touché à la programmation à venir, avec cinq opéras et plusieurs festivals sur toute la saison, elle prévient que certaines distributions "risquent d'être modifiées" et ne sait pas qui dirigera
l'Orchestre symphonique.
 
"On a choisi d'intervenir beaucoup plus sur 2015/2016", a averti M. Chassaubéné. Parmi les économies à l'étude, "des prêts de productions" par d'autres opéras ou le recours à des "productions maison, dont on a déjà les droits, les décors et les costumes".

Avec AFP



Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20