Lyon 1ère

Isère: la déroute du PS, EELV passe en tête à Grenoble

Lundi 24 Mars 2014

Isère: la déroute du PS, EELV passe en tête à Grenoble
Les candidats socialistes ont subi des revers dans plusieurs villes importantes en Isère, arrivant même en deuxième position dans leur bastion de Grenoble où ils sont devancés par le candidat écologiste.
 
Le candidat EELV Eric Piolle a réussi son pari dans la cité alpine en devançant le PS au premier tour dimanche et est en mesure de devenir le premier maire écologiste d'une grande ville de province.
 
La liste d'alliance entre les écologistes et le Front de gauche recueille 29,41% des suffrages, devançant nettement celle du premier adjoint au maire Jérôme Safar (PS), qui n'obtient que 25,31% des voix.
 
L'UMP Matthieu Chamussy arrive troisième avec 20,86%, tandis que le FN est en mesure de se maintenir au 2e tour avec 12,56%.
 
C'est un lourd revers pour le PS qui dirige Grenoble depuis 1995, une ville où François Hollande avait réuni 64,29% des voix en 2012. Dimanche soir, le candidat écologiste a tendu la main à son adversaire socialiste en vue d'une alliance au 2e tour.
 
Le PS essuie aussi un revers à Vienne, ville historique de l'ancien ministre de François Mitterrand, Louis Mermaz, où l'UMP Thierry Kovacs est élu dès le premier tour avec 51,93% des suffrages face au conseiller général socialiste Jacques Thoizet, (35,96%).
 
A Voiron, le maire PS Roland Revil (28,65%) est largement distancé par le jeune candidat UMP Julien Polat, 29 ans, qui rafle 34,56% des suffrages.
 
A Bourgoin-Jallieu, bastion de la gauche, le socialiste André Borne (28,77%) est aussi devancé par l'UMP Vincent Chriqui (37,89%) dans un contexte de division à gauche.
 
A Échirolles, bastion communiste depuis l'après-guerre, le candidat FN Alexis Jolly (20,88%) crée la surprise en arrivant en deuxième position derrière le maire sortant Renzo Sulli (PCF-UG), 64 ans, qui récolte 38,63%. Le dissident socialiste Laurent Berthet atteint 17,91%, tandis l'UMP Magalie Vicente, 37 ans, recueille 19,39% des voix. En 2008, M. Sulli, élu pour la première fois en 1999, l'avait emporté au premier tour avec 56,79% des suffrages.
 
A Saint-Martin-d'Hères, autre place-forte communiste de l'agglomération grenobloise, David Queiros (UG-PCF), 39 ans, arrive largement en tête avec 37,43% des voix, devant le dissident socialiste Philippe Serre, 28 ans, qui recueille 31,35%. Ce dernier avait été désigné par les militants socialistes locaux avant qu'un accord national PCF-PS ne lui retire l'investiture. L'UMP Mohamed Gafsi engrange 19,18% et le MoDem 12,03%. En 2008, René Proby (PCF), qui ne se représentait pas cette année, l'avait emporté dès le premier tour avec 58,60% des voix.

Avec AFP


Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20