Lyon 1ère

L'enseigne de bijouterie Jean Delatour liquidée: 170 emplois supprimés

Mardi 11 Avril 2017

L'enseigne de bijouterie Jean Delatour liquidée: 170 emplois supprimés
Le groupe Jean Delatour, spécialiste de la bijouterie bon marché, a été placé en liquidation judiciaire ce mardi, entraînant le licenciement de quelque 170 personnes et la fermeture de ses dernières 25 boutiques.

Le tribunal de commerce de Lyon a prononcé la liquidation judiciaire des magasins et placé le siège de Vénissieux, sous liquidation à l'amiable.

Jean Delatour ouvre sa première boutique en 1981 à Vénissieux. "L'idée était folle à l'époque: une bijouterie de 1.000 mètres carrés dans le quartier (sensible) des Minguettes", se souvient son PDG, Serge Frety, fils du fondateur.

L'entreprise familiale compte alors concurrencer la bijouterie de centre-ville en proposant des bijoux d'entrée de gamme dans les zones commerciales situées à la périphérie des villes. Il y aura jusqu'à 68 magasins au plus fort de son succès.

L'enseigne se rendra célèbre en sponsorisant une équipe cycliste au début des années 2000, avec de grands noms comme Laurent Brochard et Samuel Dumoulin.

Mais la multiplication des zones commerciales, la baisse du panier moyen du consommateur et les difficultés à monter en gamme et changer son image de "discounter" auront raison de son développement, énumère son PDG, interrogé par l'AFP.

En 2014, le groupe procède à une première salve de licenciements (128 personnes) et ferme 14 magasins. Il cherche ensuite un repreneur, en vain. Son chiffre d'affaires divisé par deux en trois ans (de 43 millions à 21 millions d'euros) et la lourde dette sont dissuasifs, selon son PDG.

"On va toucher le strict minimum. Imaginez! 5.000 euros d'indemnités pour 17 ans d'ancienneté sur un temps plein", se désole Valérie Talbi, vendeuse dans la boutique de Vénissieux et déléguée CGT.

"On aurait souhaité faire autrement pour les indemnités et aller au-delà du minimum légal mais c'était impossible vu le niveau de notre dette", répond le PDG.

Cette fermeture annoncée est un nouveau coup dur pour Vénissieux, où Jean Delatour employait encore une cinquantaine de personnes. Cette municipalité communiste a déjà dû faire face récemment à un plan social chez Renault Trucks, à la disparition du groupe textile Veninov et aux grandes difficultés du fabricant de panneaux photovoltaïques Sillia VL (ex-Bosch).

Le tribunal de commerce de Lyon doit d'ailleurs examiner ce mercredi les offres d'éventuels repreneurs de ce dernier, qui emploie 130 personnes dans la ville, et a été placé en redressement judiciaire début mars.

 
Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20