Lyon 1ère

Métropole de Lyon : Gérard Collomb passe le flambeau à David Kimelfeld

Lundi 10 Juillet 2017

Métropole de Lyon : Gérard Collomb passe le flambeau à David Kimelfeld
David Kimelfeld, réputé proche de Gérard Collomb, a récupéré ce lundi le fauteuil de président de la Métropole de Lyon, où le ministre de l'Intérieur conserve cependant un siège de conseiller après 16 ans de règne sur l'agglomération.

L'ancien patron de la Fédération socialiste du Rhône, 56 ans, passé chez En Marche! comme son mentor, a été élu avec 92 voix, contre 40 pour la candidate des Républicains, Véronique Sarselli, sur 165 conseillers membres de l'assemblée territoriale et 157 suffrages exprimés.

Christophe Geourjon (UDI) a obtenu 10 voix, l'élu de Villeurbanne Richard
Llung 6 et l'ancien maire communiste de Vaulx-en-Velin Bernard Genin 9.

L'issue du scrutin ne faisait guère de doute tant le terrain avait été
préparé pour le maire du 4e arrondissement de Lyon, premier vice-président de la métropole depuis 2014, sur fond de razzia d'Emmanuel Macron et de son mouvement - dont M. Collomb fut un des premiers soutiens - à la présidentielle comme aux législatives dans la région.

Fin août dernier, Collomb avait officiellement désigné Kimelfeld pour
être son dauphin à la mairie en 2020, précisant que lui-même briguerait alors sa succession à la tête de la métropole.

Mais son entrée au gouvernement a contraint l'ancien socialiste à assurer
une transition à la tête d'un territoire qu'il dirigeait depuis 2001, grâce au
soutien de maires sans étiquette ou divers droite de communes cossues de la périphérie lyonnaise, faute de majorité à gauche.

Ces appuis historiques de Collomb, membres des groupes Synergies-Avenir et Centristes&Indépendants, ont encore répondu présents, lundi, pour élire Kimelfeld, mais au prix de quelques bonnes places supplémentaires dans l'organigramme métropolitain, où ils étaient déjà bien représentés.

Leurs chefs de file - Marc Grivel, maire de Saint-Cyr-au-Mont-d'Or, et
l'élue lyonnaise Fouziya Bouzerda - ont ainsi été promus, respectivement, 1er
et 2e vice-président.

Au total, avec 40 élus sur 165, ces deux groupes cumulent désormais 11 vice-présidences sur 25.

Le site d'information Mediacités a pointé, en juin, qu'une poignée de
communes rattachées à Synergies-Avenir et aux Centristes&Indépendants a
bénéficié quasi exclusivement de la distribution de la réserve parlementaire du sénateur Collomb entre 2014 et 2016.

Un partage lié à la taille des villes
et non à leur étiquette politique, avait rétorqué l'exécutif métropolitain
dans l'article.

En février, ces deux groupes ont aussi fourni les 14 premiers signataires
d'un "appel des maires de la Métropole" à soutenir Emmanuel Macron. Plusieurs lui ont ensuite apporté leur parrainage, dans le sillage de G. Collomb.

Le 17 juillet, le fauteuil de maire de Lyon devrait quant à lui revenir à
l'actuel premier adjoint, Georges Kepenekian, autre fidèle de longue date.



Avec AFP




Métropole de Lyon : Gérard Collomb passe le flambeau à David Kimelfeld
Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20