Lyon 1ère

Municipales à Vénissieux: une liste nationaliste déposée en préfecture...

Lundi 24 Février 2014

Municipales à Vénissieux: une liste nationaliste déposée en préfecture...
C'est officiel: il y aura une liste nationaliste à Vénissieux. Yvan Benedetti, conseiller municipal de Vénissieux, annonce avoir déposé ce lundi 24 février, en préfecture du Rhône, une liste sur laquelle on rterouvera aussi Alexandre Gabriac.

Yvan Benedetti est conseiller municipal et président du groupe « Vénissieux fait Front » depuis 6 ans.

dans un communiqué adressé à la rédaction de Lyon 1ère, il dénonce "la gestion catastrophique et despotique du maire communiste et de ses apparatchiks...La ville de Vénissieux se paupérise, se tiers-mondise. Nul ne se sent plus chez soi, à Vénissieux. Il est temps de se réapproprier notre ville : ses rues, ses quartiers, sa mairie".

"La liste « Vénissieux fait front » est la seule qui apportera un changement concret, non seulement sur le papier, mais dans nos vies, au quotidien".

Le préfet du Rhône, Jean-François Carenco, a quatre jours pour statuer sur la validité de la liste, "lui qui, depuis deux ans, a fait du combat contre nous, nationalistes, une affaire personnelle".

Yvan Benedetti a participé à la fondation des Jeunesses nationalistes (JN) en octobre 2011, avec Alexandre Gabriac.

À la suite de l'affaire Clément Méric, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls avait prononcé la dissolution le 24 juillet 2013 de l'Oeuvre Française, dénonçant une « association qui propage une idéologie xénophobe et antisémite, des thèses racistes et négationnistes, qui exalte la Collaboration et le Régime de Vichy, et qui rend des hommages réguliers au Maréchal Pétain ».

L'association a déposé un recours devant le Conseil d’État pour s'opposer à cette dissolution. Il a été rejeté en octobre 2013.

Yvan Bénédetti avait lancé des poursuites contre le préfet Carenco pour injures publiques. Dans une interview à F3, le préfet avait lancé que "La République est plus forte que quelques imbéciles", en dénonçant les agissements de militants d'extrême droite lors de la mobilisation contre le mariage pour tous

Ces militants nationalistes avaient tenté d'investir par la force le local du parti socialiste, cours de la Liberté, à Lyon. S'en étaient suivis des heurts avec les forces de l'ordre et des gardes à vue.

Alexandre Gabriac est, quant à lui, à l'origine du Mouvement Jeunesses Nationalistes, lui aussi dissous.

Les deux militants d'extrême droite avaient été exclus du FN par Marine Le Pen.

A Vénissieux, le Front National semble avoir renoncé à constituer une liste...


Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20