Lyon 1ère

Pascal Terrasse (PS) prône l'"union nationale" et un bouleversement du système social

Mercredi 27 Novembre 2013

Le secrétaire national du PS et député socialiste de l'Ardèche, Pascal Terrasse, prône l'"union nationale" et un
bouleversement de "notre système de redistribution depuis les prestations sociales jusqu'au contrat de travail encore trop rigide", dans une interview à paraître jeudi dans le Figaro.
 
"Le temps de l'union nationale est venu", lance Pascal Terrasse, dans cet entretien au Figaro.fr à paraître jeudi dans le quotidien, interrogé sur la coalition en cours en Allemagne entre Angela Merkel et le SPD.
 
"Cela fait maintenant plus de trente ans que notre taux de chômage est trop élevé! Il est temps d'envisager des solutions nouvelles, comme celles qui ont permis à l'Allemagne de se redresser", ajoute Pascal Terrasse.
 
"Les cotisations sociales sont-elles un tabou ? Au point que notre pays produit chaque jour de plus en plus de jeunes et de seniors en inactivité", lance le responsable socialiste.
 
"Je crois au contraire que nous devons revoir notre système de redistribution depuis les prestations sociales jusqu'au contrat de travail encore trop rigide, et en particulier pour la jeunesse", souligne Pascal Terrasse.
 
Interrogé sur les réactions que susciteraient un tel "assouplissement du marché du travail", le député invite à "sortir de nos vieilles lunes dogmatiques".
 
"Pourquoi, s'interroge-t-il, ne pas imaginer de favoriser l'emploi des jeunes en leur proposant d'occuper un emploi durable dans les secteurs marchands et en contrepartie, l'entreprise serait dispensée de cotisations sociales les deux premières années?".
 
"Ayons aussi le courage de revisiter notre système d'allocations chômage qui coûte plus de trente milliards d'euros par an", enchaîne le responsable socialiste.
 
Selon lui, "il y a urgence à transformer la dépense passive de l'allocation vers un dispositif plus actif en direction de la formation professionnelle aujourd'hui trop dispersée, trop administrative et mal adaptée aux enjeux".
 
"Ne peut-on imaginer qu'une personne très éloignées de l'emploi et bénéficiaire d'un minima social puisse participer quelques heures par mois à des missions d'intérêt général?", s'interroge encore le député, en fustigeant les "cris d'orfraie de ceux qui, confortablement installés dans leurs emplois durables, refusent aux plus précaires une insertion sociale dans le monde de
l'activité, leur préférant celui de l'apathie".
 
Pascal Terrasse fustige en conclusion les "égoïsmes présents à tous les étages des responsabilités (qui) entament la crédibilité politique".
 
Selon lui, ces égoismes "laissent glisser lentement les plus pragmatiques sur le toboggan du défaitisme. Ils font la force de ceux qui hurlent le plus fort et encouragent tous les mécontentements".
 
Et d'ajouter: "les bras ouverts, le Front National se verra offrir les clés du pouvoir par une démocratie tétanisée".

Avec AFP

Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20