Lyon 1ère

Prières de rue comparées à l'Occupation: décision mardi pour Marine Le Pen

Lundi 14 Décembre 2015

Le tribunal correctionnel de Lyon rendra mardi son jugement dans l'affaire d'incitation à la haine visant Marine Le Pen, qui avait comparé fin 2010 les prières de rue de musulmans à l'Occupation nazie, la relaxe ayant été requise.
 
La présidente du Front national, battue dimanche aux élections régionales et qui avait assisté à l'audience en octobre, ne sera pas présente cette fois au palais de justice.
 
"Elle ne fait pas le déplacement, je serai présent et on attend la décision très sereinement", a déclaré son avocat, Me David Dassa Le Deist, lundi à l'AFP.
 
Marine Le Pen avait comparu le 20 octobre à Lyon pour "provocation à la discrimination, à la violence ou à la haine envers un groupe de personnes à raison de leur appartenance à une religion", pour des propos tenus il y a cinq alors lors d'une réunion publique dans la ville, alors qu'elle était en campagne pour la présidence du Front national face au Lyonnais Bruno Gollnisch.
 
Mme Le Pen encourt une peine d'un an d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende. Mais le procureur Bernard Reynaud avait requis la relaxe, estimant que "Mme Le Pen, en dénonçant ces prières dans l'espace public, imputables non à l'ensemble de la communauté musulmane mais à une minorité, n'a fait qu'exercer sa liberté d'expression".
 
Quatre associations, dont la Licra, le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), le Mrap et la Ligue judiciaire de défense des musulmans, se sont constituées parties civiles, plus ou moins tardivement, dans cette affaire.


 
Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20