Lyon 1ère

Réforme des rythmes scolaires: majorité encore rétrécie dans les écoles de Lyon

Jeudi 26 Juin 2014

Une seule voix de majorité: c'est au forceps que les 166 conseils d'école de Lyon ont finalement adopté la nouvelle organisation du temps scolaire proposée par la municipalité socialiste, selon un nouveau décompte rendu public jeudi par le rectorat.
 
80 d'entre eux se sont exprimés favorablement sur la proposition de la ville d'ajouter une demi-journée le mercredi matin et de regrouper les activités périscolaires le vendredi après-midi, et 79 ont voté contre, a
précisé le rectorat.
 
Six écoles ont enregistré autant de votes pour que de votes contre et une a refusé de voter.
 
Ce nouveau décompte, encore plus serré que les précédents, risque d'alimenter la polémique sur des chiffres qualifiés de "suspicieux" par l'opposition UMP au maire de Lyon Gérard Collomb (PS), après qu'une enquête du quotidien Le Progrès eut évoqué un score de 79 pour et 79 contre.
 
D'autant que les chiffres n'ont cessé de varier depuis le 6 juin, date limite du vote dans les conseils d'école. Jeudi matin encore, les autorités académiques évoquaient le chiffre de 81 pour et 77 contre.
 
Mais jeudi après-midi, l'inspecteur d'académie Jean-Louis Baglan a expliqué qu'à l'occasion d'un "deuxième contrôle" sur les PV des conseils d'écoles, deux directeurs avaient indiqué que leur établissement s'était prononcé contre, et non "pour" pour l'un, "à égalité" pour l'autre.
 
La polémique porte notamment sur l'organisation et le mode de comptage du vote des conseils. Certaines écoles, bien qu'ayant organisé des votes communs aux cycles maternel et élémentaire, ont ensuite déclaré, par exemple, deux votes distincts. M. Baglan a répondu que les conseils d'école fixaient librement leurs modalités de délibération dans le règlement intérieur, propre à chaque établissement.
 
Reconnaissant un "résultat serré", le maire de Lyon Gérard Collomb, présent à la conférence de presse, a dénoncé les "enquêtes à la Sherlock Holmes" et regretté qu'on "chipote" sur les chiffres et "non sur la qualité de ce qui va être proposé".
 
"La conjugaison des oppositions n'a jamais fait une politique. La vérité d'une politique c'est l'action","il faut que quelque chose s'applique à la rentrée, que nous accueillions les enfants" et que "le sens de cette réforme soit respectée", a-t-il déclaré.
 
En septembre, les écoliers auront classe, comme auparavant, les lundi, mardi et jeudi, de 8H30 à 11H30, puis de 13H30 à 16H30. Ils auront en plus classe le mercredi matin, tandis que les trois heures de temps périscolaire seront regroupées le vendredi après-midi de 13H30 à 16H30.
 
Quelque 1.600 animateurs, toujours pour partie en cours de recrutement, seront nécessaires pour les assurer. Quant aux parents, il leur en coûtera de 20 centimes à deux euros de l'heure, selon leur quotient familial.

Avec AFP


Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20