Lyon 1ère

Un élu FN de la Loire condamné à deux ans de prison avec sursis

Lundi 4 Avril 2016

Un élu FN de la Loire condamné à deux ans de prison avec sursis
Un conseiller municipal du Front national de Saint-Chamond, jugé coupable d'avoir tenté d'échapper à un contrôle de policiers en civil pris pour des agresseurs, en mars 2014, a été condamné ce lundi à deux ans de prison avec sursis par la cour d'appel de Lyon.
 
Le 11 mars 2014, Franck Descours, tête de liste du Front national à l'élection municipale de Saint-Chamond, collait des affiches sur ses panneaux électoraux, en compagnie de trois autres personnes, lorsque des policiers en civil de la brigade anti-criminalité (Bac) à la recherche de braqueurs d'une station service, se sont dirigés vers eux.
 
Comme ils étaient en civil, Franck Descours et ses camarades ont pensé qu'il s'agissait d'agresseurs. Ils ont alors pris la fuite en voiture et une course-poursuite s'est engagée.
 
Les policiers ont mis en oeuvre leurs gyrophares, signifiant alors clairement qu'il s'agissait de la police. Mais Franck Descours a cédé à la panique, mettant du temps à stopper son véhicule.
 
Entre-temps, une passagère avait joint avec son portable le commissariat central de Saint-Etienne qui, après s'être renseigné, lui avait répondu que leurs poursuivants étaient de "véritables policiers".
 
Lors de l'audience, le 11 mars, le représentant du parquet avait requis deux ans de prison, dont huit à dix mois ferme à l'encontre du jeune homme de 24 ans.
 
Son avocat, Me François Heyraud, avait pour sa part plaidé la relaxe de son client "victime d'une méprise".
 
Comme en première instance, en mai 2014, devant le tribunal correctionnel de Saint-Etienne, Franck Descours a été reconnu coupable de "violence volontaire avec arme par destination (sa voiture) sur personnes dépositaires de la force publique et de refus d'obtempérer". Il a par contre été relaxé des faits de "rébellion".
 
La cour d'appel l'a également condamné à verser plus de 9.000 euros aux onze policiers, tous partie civile.
 
"Ma relaxe de l'accusation de rébellion montre bien qu'on a voulu noircir le tableau (...). Ce qui m'importe c'est le jugement des habitants de Saint-Chamond et des alentours que je remercie pour leurs témoignages de soutien, ainsi que Marine (ndlr : Marine Le Pen, présidente du FN) et la secrétaire départementale de mon parti qui n'ont jamais douté de moi", a réagi Franck Descours.



 
Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20