Lyon 1ère

Vénissieux: les élections annulées, la gestion des HLM épinglée

Mardi 7 Octobre 2014

Christophe Girard (Divers Droite)
Christophe Girard (Divers Droite)
La majorité municipale communiste de Vénissieux a connu ce mardi une journée noire avec la publication d'un rapport très critique sur la gestion de son office HLM, puis l'annulation de la dernière élection.
 
Saisi par un candidat malheureux et le préfet du Rhône, le tribunal administratif de Lyon a invalidé le scrutin de mars au motif de l'irrégularité d'une liste de l'activiste d'ultra-droite Yvan Benedetti.
 
Les magistrats ont suivi dans leur délibéré le rapporteur public qui, à l'audience du 23 septembre, avait recommandé l'invalidation de l'élection comme le réclamait Christophe Girard, dont la liste DVD-UMP avait récolté 30,40% lors de la quadrangulaire du second tour. Il faisait valoir "l'enregistrement d'une liste reconnue comme irrégulière" et affirmait que "de nombreux électeurs (avaient) été empêchés de voter aux
abords de plusieurs bureaux de vote".
 
(Christophe Girard sera l'invité de Paul Satis à 8h20 ce mercredi sur Lyon 1ère pour commenter la décision du Tribunal Administratif de Lyon)

Jean-François Carenco
Jean-François Carenco
Le préfet du Rhône Jean-François Carenco avait également déposé un référé demandant d'annuler seulement l'élection des deux conseillers d'extrême droite: Yvan Benedetti - ex-membre du FN, dont il avait été exclu pour s'être qualifié lui-même sur internet d'antisémite, puis président de l'Oeuvre française, groupuscule dissous à l'été 2013 - et Estelle Gagon.

Dans sa requête, le préfet rappelait que 19 personnes - sur les 49 de la liste Benedetti - n'étaient pas informées qu'elles y figureraient et avaient donc été "trompées".
 
Dans son jugement, le tribunal a déclaré inéligibles pour un an Yvan Benedetti et Estelle Gagon, dont la liste "Vénissieux fait front" avait rassemblé 10,27% des voix au second tour.
 
Selon le tribunal, "il n'est pas possible d'apprécier si les suffrages qui se sont portés sur la liste litigieuse se seraient exprimés en l'absence de cette liste". "Il n'est pas non plus possible d'exclure (...) que le report
éventuel d'un certain nombre de ces suffrages aurait pu modifier (...) l'issue du scrutin", considère le tribunal qui conclut que cette manoeuvre est "de nature à fausser le résultat de l'élection municipale".
 

Elu avec 37,64% des suffrages, la maire communiste de Vénissieux, Michèle Picard, a fait part d'un sentiment de "profonde injustice" et de sa "totale incompréhension": "la majorité municipale est sanctionnée alors qu'aucun grief contre notre liste n'a été retenu, ni même évoqué par le tribunal administratif".
 
Sans exclure de faire appel, Mme Picard a vivement attaqué la droite locale: "l'UMP veut les voix des Identitaires, les croix gammées et +la France aux Français+", évoquant le "climat délétère" qui avait entouré son élection et pourrait se reproduire en cas de nouveau scrutin.
 
Ce "climat" pourrait être alimenté par un rapport critique de la Chambre régionale des comptes de Rhône-Alpes sur la gestion de l'office HLM de la commune, la SACOVIV, qui épingle notamment des irrégularités dans la passation de marchés, sur fond d'enquête judiciaire.
 
Christophe Girard, qui a déjà annoncé la constitution d'une nouvelle liste de "bon sens", a d'ailleurs fait son miel du rapport de la juridiction financière, critiquant "une série incroyable d'irrégularités, de manoeuvres et
de conflits d'intérêts qui pourraient être autant de scandales à part entière".


Avec AFP

Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20