Lyon 1ère

​Aulas : Boy de la Tour doit siffler la fin de la récréation

Dimanche 29 Avril 2018

Le président de l'OL, Jean-Michel Aulas a déclaré dimanche que la présidente de la Ligue de football 
professionnel, Nathalie Boy de la Tour, "devait siffler la fin de la récré" dans le litige qui oppose le dirigeant lyonnais à son homologue marseillais, Jacques-Henri Eyraud qu'il veut appeler lundi.
 
"Il faut se parler. J'ai eu le président de la Fédération française, Noël Le Graët, et Nathalie Boy de la Tour. Il faut que la présidente de la Ligue siffle la fin de la récré. Elle est responsable de l'institution elle-même", a estimé JM. Aulas après la demi-finale de Ligue des champions féminine OL-Manchester City. 
 
"Et quand on attaque ses institutions, ses commissions indépendantes ou des personnes physiques, il faut qu'elle assume de la même manière que Noël Le Graët qui m'a dit qu'il allait nous réunir avec Jacques-Henri Eyraud", a dit le président de l'OL qui a l'intention d'appeler ce dernier lundi.
 
"Je l'appellerai lundi après les matches pour lui dire qu'il faut stopper. A un certain moment, la surenchère verbale dépasse le sens des responsabilités", a souligné M. Aulas. 
 
"Je souhaite que Marseille se qualifie pour la finale (de l'Europa League à Lyon) mais dans l'état actuel des choses, si l'OM devait venir jouer au Groupama stadium contre Atletico ou Arsenal ce serait évidemment difficile" a reconnu le patron de l'Olympique lyonnais. 
 
"Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, ancien maire de Lyon était là samedi, la Maire de Décines-Charpieu Laurence Fautra était présente dimanche. Tout le monde redoute les excès et qu'après on ne puisse plus arrêter cet engrenage", a-t-il prévenu. 
 
"Quand l'OL réussit bien sur pas mal de plans, il y a des jalousies. Il faut gagner et résister à la pression ambiante qui quelques fois n'est pas du meilleur des goûts", a-t-il encore relevé. 
 
"Pas une de mes déclarations est inappropriée. J'ai simplement expliqué ce qui s'est passé, que j'étais meurtri et aussi qu'il était inacceptable d'attaquer un garçon comme Anthony Lopes. J'ai dénoncé un certain nombre de déclarations difficilement excusables", a poursuivi le dirigeant en référence à la commission de discipline de la LFP qui s'est tenue mardi.
 
Elle s'était réunie pour étudier les incidents du match OM-OL (2-3) du 18 mars. 


Avec AFP



  

Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 3 Décembre 2018 - 14:28 Forte mobilisation dans les lycées du Rhône