Lyon 1ère

​Isère: 20 ans de réclusion requis pour l'assassinat de son ex-petite amie

Mercredi 13 Juin 2018

Vingt ans de réclusion ont été requis mercredi à Grenoble, à l'encontre de Simon Thirel, 22 ans, jugé devant les assises pour l'assassinat de son ex-petite-amie en octobre 2015 à Saint-Jean-de-Moirans (Isère).
 
"Ce n'est pas un crime passionnel, un crime d'amour, que vous avez à juger, c'est un crime d'amour-propre", a lancé l'avocate générale Marion Lozac'hmeur, qui a également réclamé une période de sûreté de 10 ans et sept ans de suivi socio-judiciaire.
 
Le matin du 2 octobre 2015, le jeune étudiant s'était introduit dans la maison familiale, puis dans la chambre de Julie, son ex-petite-amie âgée de 17 ans. Surprise à son réveil, elle l'aurait giflé. Il l'avait alors étranglée, pendant une quinzaine de minutes, avant de lui asséner une vingtaine de coups 
de couteau à la tête et au cou.
 
Alertée par le bruit, la mère de la victime s'était battue avec lui pour tenter de l'éloigner. Le jeune homme prenait alors la fuite avant d'appeler lui-même les secours.
 
Il avait été interpellé peu après, alors que Julie décédait à l'hôpital dans la matinée.
 
Tout en reconnaissant l'"altération" du discernement de l'accusé, la magistrate a estimé que l'intention homicide ne faisait aucun doute, du fait de la durée de l'étranglement: "Quinze minutes, c'est extrêmement long".
 
"Julie s'est vue mourir, elle a eu le temps de se voir mourir", a martelé Mme Lozac'hmeur, pour qui la préméditation est "signée" et la volonté de dissimulation "claire".
 
La magistrate a également souligné la position "atroce" de la mère de Julie qui était là où sa fille a été tuée, dans des circonstances relevant de "la sauvagerie" et de la "barbarie".
 
Le verdict est attendu dans la soirée.


Avec AFP



 

Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20



Dans la même rubrique :
< >

Samedi 27 Octobre 2018 - 05:54 Gares au retard à Lyon

Mardi 23 Octobre 2018 - 20:15 Début de panique à la Doua