Lyon 1ère

A Lyon, prière, bol de riz et débat géopolitique pour la paix en Syrie

Samedi 7 Septembre 2013

A Lyon, prière, bol de riz et débat géopolitique pour la paix en Syrie
Prière silencieuse, bol de riz frugal et débat géopolitique pour la paix en Syrie étaient organisés samedi dans l'église Saint-Bonaventure dans le centre de Lyon, le diocèse prévoyant de nombreuses autres actions dans la soirée, après l'appel du pape François à prier et jeûner contre toute intervention militaire en Syrie.
 
Plus de 200 fidèles étaient rassemblés à l'heure du déjeuner dans le sanctuaire Saint-Bonaventure.
 
Après un office à 12H00, une prière silencieuse suivie d'un repas frugal (bol de riz, pommes et café), l'assemblée s'est installée sur des chaises ou par terre dans la nef pour écouter les interventions géopolitiques du frère Anis Hanna, dominicain de nationalité irakienne, et de Fabrice Balanche, directeur du groupe de recherches et d'études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient à la Maison de l'Orient et de la Méditerranée.
 
Le père Anis Hanna a rappelé que "les chrétiens de Syrie subissent aujourd'hui énormément de persécutions". "Tous les jours des frères et des soeurs, des prêtres nous disent des choses par mail, sur internet", a-t-il témoigné au micro, rappelant que "la situation des chrétiens est très difficile".
 
"Il faut prier pour eux, c'est tout ce que vous pouvez faire", a-t-il ajouté.
 
Dans le public, une femme émue a pris la parole: "J'ai des échos de là-bas, et j'ai beaucoup de mal à faire comprendre ici en France que parler de la complexité en Syrie, ce n'est pas soutenir Bachar el Assad."
 
Armelle Pinon, membre de l'équipe d'animation du Sanctuaire, a expliqué que le débat "donnait des éléments sur la situation géopolitique en Syrie" et que "la prière n'est pas seulement axée sur la place des chrétiens, mais sur la paix en général en Syrie".
 
Le pape François a appelé le monde entier, et pas seulement les catholiques, à jeûner et prier samedi contre une intervention armée en Syrie.
 
Selon un sondage Ifop pour Le Figaro publié samedi, plus de deux Français sur trois (68%) sont contre un engagement militaire de la France en Syrie dans l'hypothèse d'une intervention armée internationale, après l'attaque à l'arme chimique du 21 août.

Avec AFP

Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20