Lyon 1ère

A45: des milliers d'opposants ce week-end et un message géant

Dimanche 2 Juillet 2017

A45: des milliers d'opposants ce week-end et un message géant
La mobilisation de milliers d'opposants à lafuture autoroute A45 entre Saint-Etienne et Lyon, depuis samedi à
Saint-Maurice-sur-Dargoire, a été marquée dimanche par l'arrivée d'une
centaine de tracteurs qui ont formé le message géant "Non A 45".

"C'est une mobilisation en forte hausse par rapport aux rassemblements précédents organisés en juillet et septembre de l'année dernière", a déclaré le porte-parole de la coordination des opposants, Maxime Combes, estimant le nombre des paticipants sur le week-end jusqu'à 10.000 personnes contre 2.500 pour la préfecture.

"Le message envoyé aujourd'hui est un rappel au gouvernement et aux
autorités locales comme quoi cette autoroute ne doit pas être construite aunom des engagements qui ont été pris par l'exécutif français en matière de climat et d'environnement", a-t-il ajouté, soulignant que l'opposition à ce projet passera par "tous les recours possibles au niveau juridique et par les
mobilisations citoyennes sur le terrain".

Venus des 109 communes concernées par les 47 km de tracé de l'A45, les
opposants manifestaient depuis samedi "au nom de l'intérêt général et de la transition écologique". Certains sont notamment venus samedi depuis Lyon en vélo dans le cadre d'une "vélorution" alors que d'autres sont arrivés dimanche matin au volant de 120 tracteurs qu'ils ont disposés dans un champ pour former le message "Non A 45", visible depuis les airs.

Le Conseil d'État a validé cette semaine le décret de concession au groupe Vinci de l'A45, qui doit doubler l'actuelle A47, souvent saturée et réputée dangereuse.

Une décision saluée par le maire de Saint-Étienne, Gaël Perdriau (LR),
selon lequel "toutes les étapes sont désormais franchies" pour que la ministre déléguée aux Transports, Élisabeth Borne, "signe le contrat" pour une ouverture de l'autoroute "fin 2022".

Mais pour la coordination des opposants, l'avis du Conseil d'Etat "ne vaut pas signature du gouvernement".

En marge d'un déplacement à Lyon lundi, le ministre de la Transition
écologique Nicolas Hulot avait déclaré pour sa part vouloir "évaluer d'abord
la pertinence des arguments des uns et des autres" et "les situations
juridiques".

De grandes organisations de défense de l'environnement se sont également
prononcées contre ce projet "inutile et climaticide".

Mardi, une délégation d'élus du grand ouest lyonnais, membres de
l'association Alcaly, a sollicité un rendez-vous avec M. Hulot et Mme Borne pour "présenter (leurs) arguments sur cette problématique".

Le coût de construction de ce tronçon, déclaré d'utilité publique en 2008,
est évalué à 1,2 milliard d'euros, financé pour un tiers par Vinci et deux
tiers par l'État et les collectivités locales.



Avec AFP




Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20