Lyon 1ère

ASSE: décision le 29 juin sur le litige entre Carvalho et Romeyer

Jeudi 6 Avril 2017

Le litige qui oppose le président du directoire de l'AS Saint-Etienne (L1), Roland Romeyer, à son ancien partenaire financier Adao Carvalho, portant sur un quart du capital du club, a été examiné jeudi par le tribunal de commerce qui tranchera le 29 juin.

Les deux hommes s'étaient associés en 2004 au sein de la SARL Croissance Foot, dont ils détiennent chacun la moitié et qui possède 44% du capital de l'ASSE, soit autant que Cesse Foot, la société du président du conseil de surveillance du club, Bernard Caïazzo. Les 12% restant appartiennent à l'association ASSE.

Mais leurs relations se sont dégradées à la faveur des ennuis judiciaires de Carvalho. En juin 2014, le tribunal correctionnel de Lyon a condamné ce chef d'entreprise à trois ans de prison dont un avec sursis, 200.000 euros d'amende et une interdiction définitive d'exercer, pour abus de biens sociaux
et travail dissimulé dans des sociétés de BTP.

Fin 2015, Carvalho a fait savoir à Romeyer qu'il souhaitait vendre ses parts dans la SARL Croissance Foot, qui représentent 22% du capital du club, ce qui a mis le feu aux poudres et déclenché la procédure devant le tribunal de commerce de Saint-Etienne.

Présent jeudi à l'audience, Carvalho a confirmé son intention de vendre à un investisseur "pour un montant d'environ 10 millions d'euros". Mais le camp Romeyer s'y oppose.

Ce dernier était absent au tribunal mais son avocat, Me Nicolas Bes, a plaidé qu'Adao Carvalho avait perdu le bénéfice de ses parts sociales, "acquises moyennant des fonds (1,25 million d'euros, NDLR) issus d'abus de biens sociaux pour lesquels il a été lourdement condamné en 2014".

Le parquet de Saint-Etienne a d'ailleurs ouvert une enquête préliminaire pour blanchiment visant Carvalho, à la suite d'une plainte de Romeyer.

Les avoirs de Carvalho avaient été gelés durant la procédure judiciaire Lyonnaise mais il affirme avoir tout récupéré depuis la liquidation d'une société Luxembourgeoise qui portait sa participation. Son avocat, Me Yves Clergue, a soutenu jeudi que le droit européen autorisait son client "à exercer tous les droits attachés à sa détention, désormais à titre personnel, de la moitié des parts sociales de Croissance Foot".

Le camp Romeyer conteste cette analyse et fait aussi valoir un pacte d'actionnaires qui empêcherait Carvalho de disposer de ses parts sans l'aval de son ex-associé.


Avec AFP

 
Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 20 Septembre 2017 - 01:06 Relais-Colis s'installe à Genas