Lyon 1ère

Aulas adoube son fils pour lui succéder à la tête de la holding de l'OL

Mardi 13 Février 2018

Photo: Le Progrès
Photo: Le Progrès

L'homme d'affaires lyonnais Jean-Michel Aulas a adoubé son fils Alexandre pour lui succéder à la tête de la holding qui contrôle l'Olympique lyonnais et qui va devenir une société d'investissement au champ d'activité élargi.
 

  
 

Alexandre "a pour vocation et pour objectif de prendre la suite", a indiqué le charismatique entrepreneur dans un entretien au quotidien régional Le Progrès.
 

  
 

Aulas, qui aura 69 ans en mars, lui a déjà cédé une "part significative" de ses actions au sein de la holding qu'il contrôlait jusqu'ici entièrement.
 

  
 

Alexandre Aulas a d'ores et déjà pris la direction de cette holding, ICMI, qui contrôlait historiquement l'OL et l'éditeur de logiciels comptables Cegid (cédé en 2016 à deux fonds anglo-saxons). 
 

 
 

Cette structure, qui possède encore 
 

3% de Cegid, a été rebaptisée Holnest.
 

  
 

Ce "changement de nom répond à notre volonté forte d'accélérer notre activité d'investissement et d'accompagnement auprès des startups", a expliqué Alexandre Aulas dans la même interview.
 

  
 

L'objectif d'Holnest est d'investir environ 50 millions d'euros, "voire plus", "dans les années à venir".
 

  
 

Holnest possède déjà plusieurs participations dans de petites sociétés, comme Wyz Group (solutions web pour l'automobile) et ABM Pharma, qui génèrent au total plus de 45 millions d'euros de chiffre d'affaires.
 

  
 

Si la holding entend se positionner au départ sur des tickets relativement modestes, elle prépare "une opération très innovante en liaison avec d'autres familles d'entrepreneurs autour d'infrastructures pour l'aviation" aux 
 

Etats-Unis.
 

  
 

Les Aulas reconnaissent s'inspirer de la réussite d'un autre Lyonnais, Nobert Dentressangle, devenu un investisseur très actif après la cession de ses parts danser transporteur homonyme.
 

  
 

A propos d'OL Groupe, qui publie ses comptes semestriels en soirée, JM. Aulas reconnait qu'il "y a moins de raisons aujourd'hui à être coté qu'il y a dix ans", maintenant que l'entreprise a réussi à construire son nouveau grand stade. Mais "je ne peux pas me prononcer sur l'avenir", a ajouté Jean-Michel Aulas.


Avec AFP

 

  


 
 

 
 

 
 

 
 

 

Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20