Lyon 1ère

Auvergne-Rhône-Alpes : "plan Marshall" pour les lycées ou "coup de com" ?

Samedi 30 Septembre 2017

Auvergne-Rhône-Alpes : "plan Marshall" pour les lycées ou "coup de com" ?
La région Auvergne-Rhône-Alpes vote un "plan Marshall" de 1,5 milliard d'euros d'investissements d'ici 2021 dans ses lycées, effort "sans précédent" selon son président Laurent Wauquiez (LR), nouveau "coup de com" pour l'opposition.

Le rapport présenté aux élus, réunis en assemblée plénière à Lyon, tient en
six pages et renvoie l'essentiel des décisions à venir à la commission
permanente de la collectivité.

"Un document succinct, partiellement chiffré", a estimé le Conseil économique, social et environnemental régional (Ceser)
dans un avis rendu sur la délibération.

L'assemblée consultative invite aussi à "relativiser" l'effort annoncé. Le plan ne fait à ses yeux que réaffecter le stock d'autorisations de programmes
héritées des mandatures précédentes - à majorité de gauche - en Auvergne et Rhône-Alpes, qui s'élevait à 1,7 milliard d'euros au 1er janvier 2016 quand la droite a pris la tête de la région.

Pour l'exécutif, ces opérations "votées mais jamais engagées" illustrent
une "gestion calamiteuse": "nous héritons d'une situation très mauvaise, avec des lycées fortement dégradés", a souligné L. Wauquiez devant la presse.

"L'habitude avant, c'était d'annoncer de grands plans pluriannuels
d'investissements, sauf que c'était du vent."

L'opposition lui fait le même reproche, dénonçant un "tour de passe-passe"
budgétaire. "Les seuls crédits engagés depuis 18 mois, ce sont ceux qui
correspondaient aux opérations décidées avant le renouvellement du conseil régional", estime son chef de file, le socialiste Jean-François Debat,
trésorier national du PS.

"Ils ont investi un milliard d'euros sur le dernier mandat, nous on annonce
1,5 milliard, soit une hausse de 50%", rétorque le candidat à la présidence
des Républicains.

Un "plan de rattrapage" de 500 millions d'euros est prévu pour 58 lycées publics "en mauvais ou très mauvais état", selon un audit externe, parmi les 315 de la région.

Un montant équivalent doit servir à bâtir ou agrandir des
établissements face à la croissance démographique dans les années à venir, réparti entre secteur public (380 millions) et privé (120 millions).

Enfin, 300 millions d'euros doivent être consacrés à un "plan de maintenance immobilière" et 200 millions à un "plan d'actions transversales" touchant à la sécurité, au handicap, à la performance énergétique ou au
numérique.

Pour l'heure, 400 millions ont été investis dans les lycées sur les deux
premières années du mandat et le rythme devra s'accélérer pour tenir
l'engagement d'ici 2021.

L'opposition est sceptique mais au-delà de la bataille de chiffres, elle dénonce "coups de com" et "absence de transparence".

"Depuis 18 mois, il ne s'est rien passé", soutient JF. Debat pour qui nombre
des mesures annoncées s'évanouissent dans la nature, faute de traduction politique au conseil régional.

En retour, l'exécutif n'a de cesse de rappeler "l'inertie" de ses prédécesseurs pour justifier une hyperactivité tous azimuts.

Convention avec les buralistes, partenariat avec les chasseurs, lutte
contre la pollution, contre les déserts médicaux ; sauvetage des petites voies
ferrées, du Beaujolais, plan montagne, plan fruits, plan thermal ; soutien à
la filière bois, aux métiers d'art, à la formation professionnelle, plan
d'action pour le handicap, relance de l'apprentissage, du fret ferroviaire ;
pactes départementaux, aides aux agriculteurs et aux PME...

La semaine dernière encore, le vice-président au Tourisme, Nicolas Daragon, dévoilait une enveloppe de 25 millions d'euros pour valoriser les sites "emblématiques" et "moteurs" de l'attractivité régionale, du musée de
l'Aventure Michelin au parc d'attractions Vulcania en passant par la basilique de Fourvière, le Mont-Blanc ou l'aven d'Orgnac.

"Notre souhait n'est pas de passer notre temps à annoncer des chiffres et à ne pas les engager pendant la durée de ce mandat. Il n'y a pas pire que des
annonces qui ne sont pas suivies d'effet. Forcément, il va falloir engager les dépenses de rénovation, d'extension, de création avant 2020", disait au passage le maire LR de Valence.


Avec AFP




Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20