Lyon 1ère

Des Philippines à l'Isère, l'impossible procès des viols commandés sur internet

Samedi 26 Mai 2018

Au départ, des viols d'enfants aux Philippines commandées sur internet depuis la France, tracés par le FBI.

Au final, en l'état du dossier et du droit, un malade de Parkinson de 73 ans condamné vendredi à deux ans ferme pour détention d'images pédopornographiques.

"Le doute planera toujours", a déclaré la présidente du tribunal de Grenoble, Catherine Lanza-Perret, résumant la frustration autour de cette affaire, liée au démantèlement d'un "réseau sordide" international de "commandes de vidéos de viols ou de torture d'enfants".

Après un signalement de Yahoo! sur l'existence d'un tel réseau, le FBI américain avait informé la police française, qui était remontée jusqu'à un Isérois à la retraite, détenu pour agression sexuelle sur une fillette.

"On trouve des échanges de messages extrêmement ambigus" sur la messagerie
du prévenu, a souligné la magistrate, tout en éludant le "contenu de ces +commandes+" puisqu'un non-lieu a été prononcé sur ce point.

L'instruction, menée sans demande de coopération des Philippines, n'a pas pu établir de preuves sur la commission des faits, ni d'une possible complicité.

Mis en examen en octobre 2016 pour "complicité de viols sur mineurs avec actes de torture et de barbarie, association de malfaiteur", crimes passibles de la cour d'assises, le prévenu comparaissait finalement en correctionnelle pour détention d'images pédopornographiques, un délit passible de deux ans d'emprisonnement.

Il s'agit en l'espèce de 1.429 photos ou "vignettes", ainsi que de vidéos "téléchargées, visionnées et stockées" sur son ordinateur. Où était installé le logiciel Tor, qui permet d'accéder au "darknet".

Le septuagénaire, barbe blanche, fines lunettes et corps secoué par les spasmes de la maladie de Parkinson, a d'abord parlé de photos pour alimenter sa peinture, lui qui dit avoir toujours baigné dans l'image, du temps de sa société de communication.

Avant de bredouiller qu'il était "malade dans sa tête", d'évoquer une "addiction" et une inconséquence" dans le téléchargement de tous ces fichiers, si facile avec des "copier-glisser".

"Pour avoir accès à des sites comme bondagekid.org ou bondageyounggirl.org,
il faut taper cela, lettre après lettre, pourquoi on tape cela ?", interroge la présidente. "Je ne sais pas."

Le vieil homme finit par "ne pas nier" être intéressé par les mineurs mais parle aussi du "piratage" possible de sa box internet et de son téléphone, où a été retrouvée la photo d'une jeune fille enchainée par les poignets. Avec derrière elle "un homme en tous points semblable à vous, monsieur", insiste la
présidente. Le prévenu nie que ce soit lui. Le cliché n'a pas fait l'objet d'une expertise poussée.

L'évocation de Parkinson et du traitement à la dopamine, qui peut favoriser une "hypersexualité" selon l'expertise psychiatrique, provoque une autre passe
d'armes.

"Je ne mets pas tout sur la maladie, je suis responsable de ce que j'ai fait, c'est une grosse bêtise. On n'a pas conscience que ça se produit", tente d'expliquer le prévenu.

"Mille petites fesses, 1.000 petits sexes, 1.000
petites horreurs, c'est pas du Hamilton ! Et Hamilton, il s'est suicidé, il a réglé le problème !", s'exaspère la magistrate.

Dans son réquisitoire, le procureur Olivier Nagabbo a tenu compte d'une possible altération du discernement, liée à la dopamine, et réclamé 18 mois de prison pour le prévenu, sans confusion avec la peine de trois ans qu'il purge actuellement, en raison du risque de récidive.

D'autant qu'il avait déjà été condamné en 1995, en Guadeloupe, à 3 ans de prison pour "attentat à la pudeur". Soit bien avant l'apparition de Parkinson, diagnostiquée en 2000.

En défense, Me Emilie Schurmann a plaidé la confusion des peines et l'état de santé de son client, "incompatible avec la détention", ainsi que son "souhait" de soigner sa "déviance".

Le tribunal l'a condamné au maximum: deux ans ferme sans confusion des peines, 10 ans de suivi socio-judiciaire et injonction de soins.


Avec AFP





 

Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 16 Octobre 2018 - 22:22 Carrefour dans la lutte anti gaspi

Lundi 15 Octobre 2018 - 23:42 Le Petit...Paumé

Vendredi 12 Octobre 2018 - 16:14 LYON 1ERE recherche de nouveaux talents.

Jeudi 11 Octobre 2018 - 22:09 Marche pour le climat à Lyon