Lyon 1ère

Enquête en cours après la plainte d'une ex-compagne de Lelandais

Mercredi 4 Avril 2018

Une enquête pour "mise en danger de la vie
d'autrui" est en cours, après la plainte d'une ex-compagne de Nordahl Lelandais qui lui reproche une agression survenue, selon elle, mi-juillet 2017.

Le 18 juillet en Savoie, celui qui a avoué récemment avoir tué le caporal Arthur Noyer en avril 2017 et la petite Maëlys de Araujo en août 2017 aurait "foncé en voiture sur le véhicule" de son ex-compagne "qui a échappé à une collision dont elle est certaine qu'elle était intentionnelle", a raconté à son avocat Me Ronald Gallo, confirmant ses déclarations à RTL et Le Parisien.

En décembre 2016, la quadragénaire avait mis fin à leur liaison d'environ "un an et demi" après avoir eu connaissance des infidélités de Nordahl Lelandais.

"Elle avait déjà pris une claque à ce moment", et un peu plus tard, elle l'a "rencontré inopportunément dans un bois où il savait qu'elle avait l'habitude de promener ses chiens, et il avait un taille-haie à la main", a
poursuivi Me Gallo.

En juillet, le jour-même de sa frayeur, la jeune femme a déposé plainte auprès de la gendarmerie du Pont-de-Beauvoisin (Savoie), commune limitrophe dePont-de-Beauvoisin (Isère), où disparaitra Maëlys.

"Il y a effectivement eu une plainte de l'ex-compagne avant (l'affaire) Maëlys qui a été prise par les gendarmes, la procédure est arrivée le 19 septembre 2017 au parquet, soit après le meurtre de Maelys", survenu dans la
nuit du 26 au 27 août et l'arrestation, mise en examen et incarcération de Lelandais, a déclaré le parquet à l'AFP.

"Néanmoins, Lelandais a été entendu et il nie tous les faits et il n'y a pas de témoins", a ajouté cette source selon laquelle "l'enquête se poursuit pour, justement, trouver des éléments probants".

Selon le parquet, le mis en cause "aurait mis un coup de volant dans sa direction sans toucher son véhicule. Il n'y a pas eu de contact, ni d'accident".

La jeune femme "relie tout ce qu'elle a vécu avec le prisme des affaires en cours, elle se dit qu'elle l'a échappé belle. Elle me dit +avoir l'impression d'avoir été sauvée par la mort de Maëlys+ et éprouve une culpabilité d'avoir
aimé quelqu'un présenté maintenant comme un monstre", a souligné Me Gallo, précisant qu'elle a aussi porté plainte pour diffusion d'une vidéo intime. Les deux plaintes ont été réunies.

Mais pour l'avocat grenoblois, "on ne peut pas accabler les gendarmes, accaparés en plein été par les contrôles routiers, et ils ne connaissaient pas forcément Lelandais".


Avec AFP






 

Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20