Lyon 1ère

Kem One: confirmation des offres de reprise déposées, un nouveau repreneur potentiel

Jeudi 4 Juillet 2013

Kem One: confirmation des offres de reprise déposées, un nouveau repreneur potentiel
Les sept repreneurs potentiels du groupe chimique Kem One, placé en redressement judiciaire le 27 mars, ont tous confirmé leur intention et une nouvelle lettre d'intérêt a été transmise à l'administrateur judiciaire, a indiqué jeudi le préfet du Rhône Jean-François Carenco.
 
La période de dépôt des déclarations d'intérêt s'achève vendredi à minuit. Initialement fixé au 17 juin, le délai avait été prolongé par le tribunal de commerce de Lyon au 5 juillet, à la demande de l'administrateur en charge du dossier, Me Bruno Sapin.

"Il y a de quoi travailler", s'est réjoui le préfet du Rhône, soulignant que non seulement toutes les offres sont confirmées mais, qu'à l'exception d'une seule, toutes portent sur une reprise globale du groupe spécialisé dans les activités vinyliques et qui emploie 1.800 personnes en France.
 
Il a indiqué que, parmi les repreneurs, "quatre ont confirmé qu'ils travaillent sur le dossier". "L'objectif est de rendre l'entreprise rentable", a ajouté JF. Carenco qui reçoit chacun des repreneurs potentiels. "Jusqu'à cette date je ne suis pas déçu, même si nous ne sommes pas au bout", a-t-il ajouté, faisant part de son "espoir" d'aboutir à une reprise.
 
"Dès lors que les offres sont sérieuses et que la trésorerie de Kem One le permet, il faut donner du temps aux repreneurs pour parfaire leurs offres", a poursuivi le préfet. A cette fin, il entend demander au président du tribunal de commerce de Lyon de repousser au mois de septembre le choix du repreneur.
 
"Ce sera l'enjeu de l'audience du 9 juillet", a dit M. Carenco. Le tribunal doit se réunir mardi pour faire le point sur l'avancement de la période d'observation et un état des lieux sur les offres reçues.
 
Le préfet du Rhône s'est également félicité de "l'attitude extrêmement responsable des syndicats et des salariés, malgré l'angoisse" de la situation, et de la "bonne cohésion régionale autour de ce dossier".
 
"J'aimerais bien que M. (Gary) Klesch soit aussi responsable" et "qu'il tienne ses promesses", a-t-il déclaré, rappelant l'engagement du financier américain, devant le tribunal, de céder les activités dites aval du groupe - essentiellement la production de profilés en PVC - pour un euro symbolique, en cas de reprise globale du groupe.
 
Ces activités ne sont pas concernées par la procédure de redressement judiciaire.
 
Dans le cas contraire, le préfet a clairement laissé entendre qu'il pourrait saisir la justice sur la gestion de Kem One, né de la cession par le chimiste Arkema de son pôle vinylique à Gary Klesch en juillet 2012.

Avec AFP

Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 20 Mai 2018 - 18:06 Visiativ vient d’intégrer le Label Tech 40