Lyon 1ère

L'Archéoptéryx, dinosaure à plumes, pratiquait le vol actif

Mardi 13 Mars 2018

L'Archéoptéryx, dinosaure à plumes, pratiquait le vol actif
Le fameux dinosaure à plumes Archéoptéryx
pratiquait un vol actif en se propulsant avec ses ailes, ont révélé mardi des chercheurs, après avoir passé au crible plusieurs fossiles au Synchrotron européen de Grenoble.

Toutefois, le mouvement de ses ailes était différent de celui des oiseaux actuels qui possèdent un système musculaire particulier, ajoutent-ils.

Depuis 150 ans que l'on connaît ce petit dinosaure-oiseau et que l'on s'interroge sur ses capacités de vol, "toutes les théories possibles ont été avancées", déclare à l'AFP Paul Tafforeau, paléontologue à l'ESRF (European Synchrotron Radiation Facility).

"On est allé d'un animal ne volant pas du tout, à un vol quasi moderne, en passant par le vol plané - qui est passif - et par la course assistée", énumère-t-il.

L'étude de l'anatomie externe de ce cousin des oiseaux modernes qui vivait il y a environ 150 millions d'années et avait la taille d'un pigeon ou d'un faisan selon les fossiles, ne suffit pas à comprendre la façon dont il se
déplaçait.

Une équipe internationale de chercheurs a voulu en savoir plus sur sa structure osseuse interne, en scannant des fossiles d'Archéoptéryx découverts en Bavière dans des sédiments datant de la fin du Jurassique.

Sans porter atteinte au fossile, engoncé dans du calcaire, "le synchrotron nous a notamment permis de couper virtuellement les os longs des ailes et d'étudier la répartition, l'épaisseur et la forme de la partie externe de ces os", explique Paul Tafforeau.

La tâche n'était pas simple. Sur plusieurs fossiles, les os étaient cassés ou écrasés. "En plus de les imager en 3D, il a fallu reconstruire la forme originale de l'os en séparant toutes les fractures", dit-il.

Procéder à cette reconstruction a demandé plusieurs mois à Dennis Voeten, le chercheur principal de l'étude publiée mardi dans Nature Communications.

"Notre étude permet de conclure que l'Archéoptéryx volait vraiment et qu'il volait de façon active (en se propulsant avec ses ailes) mais sur de courtes distances", déclare à l'AFP Dennis Voeten, chercheur à l'ESRF qui fait sa
thèse à l'Université de Palacky (République tchèque).

De précédentes études avaient déjà envisagé ce type de vol pour l'Archéoptéryx mais là "nous apportons une preuve directe", ajoute-t-il.

En revanche, l'Archéoptéryx n'était pas en mesure de pratiquer le vol battu des oiseaux modernes. "Il n'avait pas les adaptations pectorales pour voler comme les oiseaux modernes, en particulier le sternum permettant l'attache des muscles du vol, également appelé bréchet", explique le professeur Stanislav Bures, de l'Université Palacky.


Avec AFP







 

Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 10 Septembre 2018 - 14:53 Aéroport de Lyon Saint-Ex: le trafic interrompu...

Lundi 10 Septembre 2018 - 14:20 TCL: RENTRÉE POUR LES LIGNES PLEINE LUNE