Lyon 1ère

La commission Mobilité 21 rend son rapport, les Verts (presque) satisfaits à 100%

Jeudi 27 Juin 2013

La commission Mobilité 21 rend son rapport, les Verts (presque) satisfaits à 100%
Le rapport de la commission Mobilité 21 sur les infrastructures de transport à bâtir lors des prochaines décennies préconise une sortie du tout TGV, au profit d'une autre politique de transports, axée sur la proximité.

Les nombreuses fuites du rapport dans la presse cette semaine ont polarisé le débat sur l'avenir de la grande vitesse. D'Ouest en Est, du Sud au Nord, nombre d'élus régionaux ont poussé des cris d'orfraie devant le report probable de leurs LGV respectives (Paris-Orléans-Clermont-Lyon, Bordeaux-Hendaye, seconde phase de la LGV Rhin-Rhône...) après 2030.

Après huit mois de consultation, le rapport privilégie la desserte de proximité par rapport à la grande vitesse. Seule la construction de ligne à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse est maintenue avant 2030, dans le meilleur des cas.

Dans ses travaux, la commission insiste notamment sur la nécessité d'investir dans de grands "noeuds ferroviaires", destinés à désengorger de nombreuses gares, comme celle de Lyon et celle de Saint-Lazare à Paris, la Part-Dieu à Lyon ou Saint-Charles à Marseille.

Dans le document, les 10 signataires dressent un constat : la France dispose d'infrastructures (routes, rail et ports) "de haute tenue", mais qui se dégradent. Pour contrer le vieillissement du réseau, la priorité est donnée aux investissements en faveur de sa régénération et de son entretien.

Le rapport propose ensuite deux scenarios. Le premier ne prévoit pas de financement nouveau pour l'Agence de financement des infrastructures de transports de France (AFITF). Dans ce cas, entre huit et 10 milliards d'euros seraient investis d'ici à 2030 pour financer un nombre réduit de grands projets.

Le second, "plus ambitieux", pèse entre 28 et 30 milliards d'euros à l'horizon 2030, consacrés aux grands projets. Il implique une augmentation du budget de l'AFITF de 400 millions d'euros par an, financée par l'Etat.

Les écologistes de Rhône-Alpes se félicitent de trois des conclusions de ce document, qui confortent leurs priorités de toujours :
la nécessité de concentrer les efforts sur la modernisation des réseaux existants et le traitement des noeuds ferroviaires, plutôt que sur la construction de nouvelles lignes à (très) grande vitesse, la pérennisation du soutien de l’État aux transports collectifs, au-delà du troisième appel à projets lancé par le gouvernement en mai dernier et l’incompatibilité économique du second tunnel international Lyon – Turin

Plusieurs projets en Rhône-Alpes sont classés dans les "horizons plus lointains", au-delà de 2050 : A51 Grenoble – Gap et La Saulce – La Bâtie Neuve, désenclavement du Chablais (2x2 voies Machilly – Thonon), canal Saône – Moselle / Saône – Rhin à grand gabarit, LGV Rhin – Rhône branche Sud.

« Sachant que des projets jugés plus prioritaires auront du mal à être concrétisés d’ici là faute de finances
disponibles, nous présentons nos condoléances pour l'enterrement de 1ère classe pour cette belle brochette de
projets inutiles », déclare Annie Collinet, secrétaire régionale d’EELV Savoie.

Autre inhumation, selon EELV : "le contournement autoroutier de Lyon, pour lequel le rapport confirme ce que disent les écologistes depuis longtemps : il ne se justifie pas.

« Gérard Collomb a toujours affirmé que sans ce contournement il ne lancerait pas le tronçon Ouest du périphérique, « anneau des sciences. Le Grand Lyon devrait donc annoncer le 8 juillet l’abandon de cet aspirateur à voitures. Voilà 3 milliards d’euros de plus à réorienter ! », conclut EELV.

La commission range l’A45 dans les projets à engager après 2030 dans le scénario économique réaliste, "ce qui fait tomber la déclaration d'utilité publique" selon les écologistes. "Mais la commission remonte le projet en première priorité dans son scénario utopiste.

Les écologistes se disent inquiets "des entrechats du rapport au sujet de l'A45"

Une déception, cependant, pour EELV: le contournement ferroviaire de l'agglomération lyonnaise est reporté. Jean-Charles Kohlhaas le regrette : « Il aurait pourtant mérité de figurer dans les priorités n°1 du rapport. Le CFAL est d’intérêt régional
pour réduire les nuisances du fret, mieux utiliser Saint-Exupéry et créer des emplois dans les zones d’activités
connectées" commente l'élu.


Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20