Lyon 1ère

La publicité débarque sur les trottoirs lyonnais

Mardi 26 Décembre 2017

La publicité débarque sur les trottoirs lyonnais
Depuis lundi 25 décembre, un décret autorise les villes de Bordeaux, Lyon et Nantes à tester le marquage publicitaire sur les trottoirs.

Le décret qui ouvre une phase de test de 18 mois encadre strictement cette pratique.

Les inscriptions ne pourront être réalisées qu’avec des pochoirs utilisant de l’eau, des peintures biodégradables ou de la craie. Elles ne devront pas altérer « les caractéristiques d’adhérence du trottoir » et devront disparaître totalement en 10 jours.

« À l’issue de ce délai, l’emplacement doit retrouver son état antérieur », précise le texte.

Chaque inscription devra être limitée à une surface de 2,5 m2, espacée d’au moins 80 mètres, et porter le nom de la société qui l’appose ou le fait apposer.

De plus, aucune publicité ne pourra se trouver aux abords des monuments historiques.

Cette phase de test dans les trois agglomérations pilotes donnera lieu à des rapports tous les six mois, puis à une évaluation finale. Celle-ci devra préciser combien de commerçants, artisans, annonceurs y auront eu recours.

Le gouvernement entend également surveiller les possibles impacts de cette nouvelle pratique sur la sécurité.

Le rapport devra ainsi mesurer « un éventuel lien entre accidents de la route et présence des marquages sur les trottoirs » et « un éventuel lien entre chutes sur le trottoir et présence des marquages sur les trottoirs ».

Les autorités se gardent aussi la possibilité de stopper nette la phase de tests.

Le décret prévoit ainsi qu’« en fonction des circonstances, le ministre chargé de l’économie, le ministre chargé de l’environnement et le ministre chargé de la sécurité routière peuvent à tout moment, par arrêté conjoint, suspendre l’expérimentation, ou y mettre un terme ».

Depuis plusieurs années, à Lyon, une entreprise utilise les trottoirs de la ville pour y apposer des publicités à l’aide de pochoirs à l’eau et ceci hors de tout cadre légal.

En 2012, les Lyonnais Guillaume et Tanguy créaient en effet Biodegr’AD, une régie de supports publicitaires éphémères et biodégradables.

Adeptes du graffiti, ils sont les premiers à exploiter une idée, celle du clean-tag, ou “marquage propre”

Un marquage au sol éphémère réalisé uniquement par projection d’eau. C'est la partie ainsi nettoyée qui laisse apparaître la marque, le logo ou le message.

Les jeunes inventeurs décrochent une campagne d’envergure nationale avec Air France, puis avec d’autres clients prestigieux comme...OnlyLyon

Aujourd’hui, Biodegr’AD possède plus de 15.000 emplacements stratégiques répartis dans toute la France

La startup a aussi marqué les trottoirs de Francfort ou Milan.









Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20