Lyon 1ère

Le licenciement du chef d'orchestre de l'Opéra de Saint-Etienne annulé

Samedi 7 Mai 2016

Le licenciement du chef d'orchestre de l'Opéra de Saint-Etienne annulé
La justice a annulé le licenciement disciplinaire du chef d'orchestre et directeur musical de l'Opéra de Saint-Etienne, Laurent Campellone, en décembre 2014, intervenu huit mois après l'installation de la nouvelle municipalité.
 
Dans son jugement, le tribunal administratif de Lyon, qui statuait sur le fond, annule l'arrêté pris le 1er décembre 2014 par le maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau (LR), à l'encontre du chef de renommée internationale.
 
Début 2015, le chef d'orchestre avait qualifié de "totalement grotesques"
les motifs de son licenciement disciplinaire, évoquant une "rafle" à propos
des conditions de sa mise à l'écart fin avril 2014, avec huit autres cadres
municipaux en lien avec l'opéra. 
 
Le tribunal estime par ailleurs que des "déclarations imprudentes d'élus
stéphanois dans la presse, ont nécessairement porté une atteinte sérieuse à
l'image et à la réputation professionnelle du chef d'orchestre".
 
Y compris de la part du maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau (LR) qui
s'est livré à une "attaque à caractère vexatoire" sur sa page personnelle d'un
réseau social, en publiant, peu avant la suspension de Campellone, un message, illustré de la couverture de l'ouvrage "L'Opéra pour les nuls".
 
Laurent Campellone, en poste depuis février 2004, demandait une indemnité
totale de 450.000 euros. La juridiction administrative lui accorde 80.000
euros, auxquels s'ajoutent 3.000 euros de frais de justice.  En juin 2014, il
avait été désigné "personnalité musicale française de l'année" par le Syndicat
national de la critique pour son travail sur la musique française, notamment
au sein de l'institution culturelle municipale stéphanoise.  Aujourd'hui âgé
de 44 ans, Laurent Campellone n'a pas repris depuis de fonction de chef
d'orchestre ou de directeur musical permanent.
 
"Deux ans, presque jour pour jour, après l'éviction brutale de l'équipe
dirigeante, c'est un nouveau camouflet judiciaire cuisant pour la nouvelle
municipalité qui avait fait de ce dossier, dès son arrivée aux responsabilités, le symbole d'une nouvelle gestion de la ville", déclare-t-il dans un communiqué.
 
Le 30 mars dernier, le tribunal administratif de Lyon avait aussi annulé le
licenciement disciplinaire du directeur général et artistique de l'Opéra de
Saint-Etienne, Vincent Bergeot.



 
Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20