Lyon 1ère

Le synchrotron européen se dote d'un cryo-microscope électronique

Samedi 11 Novembre 2017

Le synchrotron européen se dote d'un cryo-microscope électronique
Le synchrotron européen de Grenoble a inauguré vendredi un cryo-microscope électronique (cryo-EM), sa dernière installation de pointe pour rester dans l'avant-garde mondiale de la biologie structurelle.

La mise en service de Titan Krios -- le petit nom de cette imposante machine à plus de 5 millions d'euros -- intervient alors que la cryo-microscopie électronique vient d'être distinguée début octobre d'un prix
Nobel de Chimie pour son apport révolutionnaire dans la compréhension des complexes moléculaires du vivant.

Avec une décision prise en mai 2015 et une mise en marche mi-novembre 2017, l'ESRF (European Synchrotron Radiation Facility) a mis les bouchées doubles pour offrir "une force de frappe unique au monde en matière de biologie moléculaire", s'est réjoui Francesco Sette, son directeur général.

"En termes de résolution, c'est le meilleur au monde", a affirmé M. Sette.

"C'est le top de ce qu'on peut acheter, une vraie Ferrari !", a renchéri Christoph Mueller-Dieckmann, de l'équipe ERSF dédiée au cryo-EM.

La plateforme Cryo-EM vient compléter les dispositifs à la disposition des chercheurs, et fonctionnera de manière collaborative avec l'EMBL (Laboratoire Européen de Biologie Moléculaire), l'IBS (Institut de Biologie Structurale), et l'ILL (Institut Laue Langevin).

Les techniques du synchrotron comme la diffraction des rayons X sont
indiquées pour les recherche sur des protéines qui peuvent être cristallisées.

En revanche la cryo-EM est idéale pour étudier la structure des protéines et
des complexes plus gros et donc difficiles à cristalliser.

Cette plateforme cryo-EM, comme le synchrotron, sera accessible aux
chercheurs du monde entier et pas seulement des 22 pays partenaires de l'ERSF (dont la Russie, l'Inde ou l'Afrique du Sud), sur la base de "l'excellence des projets", a rappelé M. Sette.

Prix Nobel 2009 de chimie, l'Israélienne Ada Yonath a déjà déposé un dossier pour venir utiliser Titan Krios. Cette spécialiste des ribosomes,
usines à fabriquer des protéines au sein des cellules, était présente pour
l'inauguration à Grenoble, où elle a déjà travaillé sur des lignes du
synchrotron par le passé.

Les applications dans le domaine de la santé sont en ligne de mire: meilleure liaison entre les médicaments et les protéines, réparation de l'ADN ou encore développement de stratégies contre le cytomégalovirus (HCMV),
principale cause infectieuse d'anomalies congénitales.

Pour garder son rang mondial, le synchrotron européen prépare sa
modernisation: fin 2018, année de ses 30 ans, il sera mis à l'arrêt pour 18
mois afin d'assembler les pièces nouvelle version de son anneau de 844 mètres.


Avec AFP







Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20