Lyon 1ère

Lyon rejoint le réseau des Cités de la gastronomie

Mercredi 19 Juin 2013

Le réseau des Cités de la gastronomie, qui a officiellement été lancé mercredi, réunira, comme prévu Dijon, Paris-Rungis et Tours, ainsi que Lyon, dont la candidature n'avait pas été retenue dans un premier temps.

La création de la Cité de la gastronomie est la...


La Mère Brazier...la tradition des mères lyonnaises
La Mère Brazier...la tradition des mères lyonnaises
Le réseau des Cités de la gastronomie, qui a officiellement été lancé mercredi, réunira, comme prévu Dijon, Paris-Rungis et Tours, ainsi que Lyon, dont la candidature n'avait pas été retenue dans un premier temps.
 
La création de la Cité de la gastronomie est la mesure phare découlant de l'inscription par l'Unesco du "repas gastronomique des Français" au patrimoine de l'Humanité en novembre 2010. Elle doit permettre à la France de se doter d'un outil de promotion de sa culture alimentaire et de valorisation de son patrimoine gastronomique.
 
Le repas gastronomique français est "un acte social et culturel", "un moment essentiel dans la transmission des savoirs" lors de sa préparation, a déclaré la ministre de la Culture Aurélie Filipetti.
 
Le choix d'un réseau a été privilégié afin de montrer "la très grande diversité française" dans la gastronomie, a-t-elle expliqué.

Chaque ville aura sa spécificité. Ainsi la Cité de la gastronomie de Dijon constituera "le pôle de référence pour la culture de la vigne et du vin". La Cité sera "une porte d'entrée idéale de la route des grands crus" de Bourgogne, a mis en avant François Rebsamen, sénateur-maire PS de Dijon. Le projet, estimé à 54 millions d'euros, aboutira à l'été 2016, a-t-il promis.
 
La Cité de Lyon s'intéressera quant à elle en particulier à la thématique associant "nutrition et santé". Le projet prendra forme au sein du Grand Hôtel-Dieu, au centre d'un programme de reconversion.
 
La candidature de la ville n'avait pas été retenue dans un premier temps par la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires (MFPCA).

"Depuis, il y a eu beaucoup de travail pour affiner le projet", a expliqué à l'AFP le sénateur-maire de la ville, Gérard Collomb (PS). "On a fait évoluer notre projet en augmentant le volume des espaces. (...) On a rencontré les gens de la mission", a-t-il poursuivi.
 
G. Collomb estime que le projet, qui sera financé en grande partie "par des sponsors privés", coûtera 18 millions d'euros.
 
La Cité de Paris-Rungis sera elle "pilote pour ce qui relève du développement et de l'animation des marchés (à travers entre autres les halles des trésors gastronomiques), des produits et des enjeux liés à l'approvisionnement des centres urbains", selon le dossier de presse. Le projet est évalué à 65 millions d'euros.
 
Enfin, le site de Tours sera "un pôle moteur dans le domaine des sciences humaines et sociales" avec une université des sciences et des cultures de l'alimentation. Le projet devrait aboutir en 2017.  
Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 20 Septembre 2017 - 01:06 Relais-Colis s'installe à Genas