Lyon 1ère

Manif pour tous : de 20.000 à 40.000 manifestants à Lyon...

Dimanche 2 Février 2014

photo: Lison Verriez
photo: Lison Verriez
De 20.000 personnes, selon la police, à 40.000, selon les organisateurs, ont défilé dimanche après-midi à Lyon pour défendre leur vision de la famille traditionnelle face au gouvernement qu'ils accusent de "familiphobie".
 
L'affluence a été proche de celle de la manifestation régionale contre le mariage homosexuel organisée à Lyon le 17 novembre 2012, qui avait rassemblé 22.000 personnes, selon la police.
 
Venus en famille de tout le quart sud-est de la France, et de Toulouse, les manifestants de tous âges ont défilé dans une ambiance bon enfant dans le centre-ville, avant de revenir place Bellecour où le cortège devait se disperser vers 18H00 selon les organisateurs.
 
Ils s'étaient donné rendez-vous place Bellecour, où sous un grand soleil et derrière un écran géant plusieurs orateurs ont harangué la foule avant le départ de la manifestation.

67 cars avaient été affrétés pour transporter les manifestants, selon les organisateurs.
 
Plusieurs banderoles sur lesquelles était écrit "Lyon dit non à la dictature du +gender+" (genre, en anglais), ou bien "Papa + Maman, y a pas mieux pour un enfant", ou encore "Deux pères, deux mères, enfants sans
repères", étaient plantées sur le devant de la scène.
 
Ceints de leur écharpe, plusieurs élus, dont les députés-maires UMP de Caluire, Philippe Cochet, et de Crest (Drôme), Hervé Mariton, ont marché en tête du cortège, derrière un camion sono et une banderole proclamant "Brussels, leave our kids alone" (Bruxelles, laisse nos enfants tranquilles), en référence au rapport Lunacek qui sera examiné au parlement européen mardi. Ce rapport est présenté comme la feuille de route de l'Union européenne contre l'homophobie et les discriminations fondées sur l'orientation sexuelle
et l'identité de genre.
 
Ils ont été rejoints un peu plus tard par l'archevêque de Lyon, le cardinal Philippe Barbarin, ainsi que par le recteur de la Grande Mosquée de Lyon, Kamel Kabtane, et celui de Villeurbanne, Azzedine Gaci.
 
Une vingtaine de CRS étaient positionnés en amont, mais la présence policière est restée plutôt discrète.
 
"Nous sommes en France, liberté de conscience", ou "Hollande, tes lois on n'en veut pas", ont scandé des manifestants, tandis que d'autres brandissaient des pancartes affirmant "Nous ne sommes pas des moutons".
 
"Les enfants sont notre vie privée, laissez-nous les éduquer", "on veut du boulot, pas de mariage homo", criaient pour leur part des opposants sous une banderole du collectif "Musulmans pour l'enfance".

Avec AFP


Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20