Lyon 1ère

Manifestation des taxis contre UberPOP: des interpellations à Lyon

Jeudi 25 Juin 2015

@Mickaël Chailloux
@Mickaël Chailloux
Neuf personnes ont été interpellées en marge de la manifestation des taxis jeudi à Lyon: parmi eux trois chauffeurs soupçonnés d'avoir été présents lors de la violente agression d'un client UberPOP ce weekend ont été laissés libres.
 
Interrogées en audition libre après une algarade jeudi matin avec un homme supposé être un chauffeur UberPOP, ces trois personnes auraient pu correspondre aux enregistrements vidéo des suspects de l'agression du weekend.
 
Si elles étaient présentes au début de l'épisode qui a abouti à ce qu'un homme de 26 ans, soit violemment frappé dans la nuit de samedi à dimanche à Lyon  alors qu'il aurait fait savoir à un chauffeur de taxi qui refusait de le transporter qu'il allait faire appel au service UberPOP, rien n'indique en l'état actuel des investigations qu'elles soient liées directement ou indirectement à l'agression. 
 
Elles devraient cependant être à nouveau convoquées dans le cadre de cette enquête qui s'annonce "longue".
 
Le visage tuméfié et blessé de la victime qui s'est vu notifier 21 jours d'ITT avait fait le tour des réseaux sociaux mardi. Ses avocats ont souhaité que la bataille judiciaire opposant chauffeurs de taxi et conducteurs UberPOP reste étrangère à l'enquête.
 
Trois autres chauffeurs de taxi qui avaient été interpellés dans le cadre de l'incident mineur de ce jeudi matin, sont également sortis libres des locaux de la police lyonnaise. 
 
Trois chauffeurs UberPOP ont également été interpellés pour exercice illégal de la profession de taxi, en vertu d'un arrêté d'interdiction pris la semaine dernière par le préfet du Rhône.
 
Deux d'entre eux font l'objet de convocations pénales en novembre.
 
Le troisième, allocataire de Pôle Emploi et qui avait déjà cumulé 571 courses depuis le mois de mai, devrait aussi faire l'objet de poursuites.
 
Près de 500 taxis selon la préfecture et les organisateurs, ont convergé jeudi dans le quartier de la gare Part-Dieu à Lyon, au pied de la tour Oxygène abritant le siège local d'UberPOP, dont l'accès était protégé par les forces de l'ordre. Ils s'y trouvaient encore en milieu d'après-midi, réclamant le retrait de l'application mobile qu'utilisent leurs concurrents.

Avec AFP


 


Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20