Lyon 1ère

Michel Havard, la fausse surprise de la primaire UMP à Lyon

Lundi 10 Juin 2013

Leader de l'opposition municipale lyonnaise depuis la débâcle des municipales de 2008, Michel Havard, 46 ans, a créé la surprise en remportant dimanche face au député Georges Fenech la primaire organisée par l'UMP.

Déjà arrivé en tête du...


Michel Havard, la fausse surprise de la primaire UMP à Lyon
Leader de l'opposition municipale lyonnaise depuis la débâcle des municipales de 2008, Michel Havard, 46 ans, a créé la surprise en remportant dimanche face au député Georges Fenech la primaire organisée par l'UMP.

Déjà arrivé en tête du premier tour devant quatre autres candidats, le conseiller municipal du 5e arrondissement a battu au second tour le député Georges Fenech, qui bénéficiait pourtant du soutien des trois éliminés et de l'ancien maire de Lyon Michel Noir. (vidéos et photos de la soirée du second tour sur: http://facebook.com/gerald.bouchon

Si sa notoriété reste limitée - 31% selon un sondage qu'a fait réaliser l'UMP à Lyon avant la primaire -, ce spécialiste du droit européen et des questions de développement durable n'en creuse pas moins son sillon depuis de longues années, pour devenir l'homme de la "reconquête" de la 3e ville de France.
 
Elu en 2007 député de la 1ère circonscription du Rhône, en pleine vague sarkozyste, Michel Havard avait perdu son siège en
juin dernier face au PRG Thierry Braillard.
 
Sur le plan municipal, Michel Havard était devenu leader de l'opposition après la lourde défaite subie il y a 5 ans par la liste UMP, alors menée par Dominique Perben. La liste de l'ancien ministre, qui a depuis renoncé à tout mandat, n'avait obtenu aucun arrondissement, les deux secteurs décrochés par la droite étant revenus au groupe Lyon Divers Droite de denis Broliquier.
 
Pour Michel Havard, l'action qu'il mène depuis 5 ans à la mairie en faisait le candidat naturel de son parti aux municipales,malgré sa défaite aux législatives qui a affaibli ses positions.

Ce mandat, mais aussi sa bonne connaissance des arcanes de l'UMP locale (il a été un temps secrétaire départemental) lui ont valu de nombreux soutiens, dont ceux de 19 conseillers municipaux sur 22.

Mais ses concurrents lui reprochent une image trop lisse, des convictions peu affirmées et d'être trop peu audible face au maire Gérard Collomb. Considéré comme plutôt centriste, il s'est notamment vu reprocher un manque d'implication dans la mobilisation contre la loi Taubira sur le mariage pour tous, contrairement à son adversaire de la primaire Georges Fenech, à l'image beaucoup plus droitière.
 
Le programme qu'il a avancé dans la campagne pour la primaire ne brillait pas non plus par son épaisseur, le seul projet concret étant la construction d'une nouvelle ligne de métro, "prioritaire si on veut éviter l'asphyxie" de Lyon, selon lui.
 
Face à ses détracteurs, Michel Havard a choisi de jouer à fond la carte du local de l'étape. "Je ne vais rien changer à mon discours, la candidature à la mairie de Lyon c'est le choix d'une vie, c'est une ambition pour la ville", affirmait-il sans craindre d'ajouter: "Je me lève à Lyon, je vis et travaille dans cette ville et je me couche à Lyon".
 
S'il souhaite "un choix d'adhésion" en sa faveur et non "un choix de rejet de Gérard Collomb",  Michel Havard part cependant, comme à la primaire, en position d'outsider, tous les sondages prédisant une facile réélection de G. Collomb.
 
Avec AFP
l__invite_au_bout_du_fil___1.mp3 Havard sur Lyon 1ere ce lundi.mp3  (3.4 Mo)


Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Octobre 2018 - 23:09 Big Brother à la SNCF

Dimanche 14 Octobre 2018 - 09:17 Changement de génération chez Les Republicains

Vendredi 12 Octobre 2018 - 22:44 Le Parti socialiste à l’heure européenne

Lundi 8 Octobre 2018 - 20:59 La Région au secours des mairies