Lyon 1ère

Nathalie Perrin-Gilbert garde mars en vue

Vendredi 20 Décembre 2013

A la sortie de ses 10 heures de garde à vue la maire du 1er était saluée par les militants du Gram et du FdG venus la soutenir


A sa sortie de l'Hôtel de Police, hier vers 19h30, Nathalie Perrin-Gilbert.
A sa sortie de l'Hôtel de Police, hier vers 19h30, Nathalie Perrin-Gilbert.
A 19h25, jeudi l'avocat de Nathalie Perrin-Gilbert venait demander à la petite centaine de manifestants de laisser un peu d'espace à l'élue qui se préparait à sortir de l’Hôtel de Police. Mise en garde à vue pour "incitation à la rébellion" depuis 9h35 le matin la Maire du 1er allait pouvoir sortir, sans être mise en examen. Malgré cela, les élus et militants massés autour des portes vitrées de l'Hôtel de Police s'inquiétaient de possibles manœuvres politico-judiciaire qui visaient  à rendre l'élue inéligible pour les municipales de 2014.

Se réservant une prise de parole ultérieure, Nathalie Perrin-Gilbert, laissait la conclusion à son futur colistier Armand Creus. L'élu du Front de Gauche rappelait avec une vois forte :  "Nathalie Perrin-Gilbert n'est pas isolée, je peux vous dire qu'elle est maintenant soutenue au niveau national. Nous la laissons se reposer. Mais nous ne lâcherons rien". Les militants, qui pendant plus d'une heure avaient scandé des  "un toit c'est un droit, rendez-nous Nathalie", pouvaient alors se disperser.
Romain MELTZ