Lyon 1ère

OL: Genesio sur un fil

Dimanche 1 Avril 2018

OL: Genesio sur un fil
Contesté, impopulaire, mais soutenu coûte que coûte par Jean-Michel Aulas: l'entraîneur de l'OL Bruno Genesio vit depuis plusieurs semaines sur un fil, et joue à chaque match, comme face à Toulouse ce dimanche, une partie de son avenir à l'OL.

Restera, restera pas à la fin de la saison? Le futur de l'entraîneur de l'OL, 4e de L1 mais aux résultats en dents de scie, est devenu un
incontournable après chaque rencontre de l'OL.

Sauvé des eaux par son président après le naufrage européen face au CSKA Moscou, ses joueurs ont ensuite été battre Marseille, relançant du coup le suspense pour la 3e place de L1. Et sur l'avenir de Genesio...

"La grande force de l'Olympique lyonnais est d'avoir, dans les moments de crise de résultats, suffisamment de recul. L'expérience et la personnalité du président (Jean-Michel Aulas) y sont pour beaucoup", a souligné Genesio.

Le patron de l'OL, après l'élimination en Europa League a effectivement pris sur
lui et exclu une éviction automatique de son coach à la fin de la saison.

Un soutien que Genesio a énormément apprécié... Car la contestation autour
de lui gonfle régulièrement.

Au premier rang, on retrouve les supporters radicaux, pas forcément les plus nombreux mais très actifs et virulents dans l'anonymat permis par les réseaux sociaux, qui réclament à cor et à cri son départ.

Les groupes ultras, tenus par le club, sont plutôt sur la réserve même si la base se permet de lancer des tribunes quelques "Genesio démission!".

Une fronde qui ne résiste pas à la force du soutien de Jean-Michel Aulas.

Le dirigeant, premier défenseur de son entraîneur, sait que la présence ou non du club en Ligue des champions en 2018-2019 aura des répercussions, financières notamment, sur la saison prochaine et la configuration de l'effectif. Il faut donc avant tout accrocher cette 3e place en L1...

Il faudra attendre la fin de saison pour savoir si Bruno Genesio sera confirmé, même si l'Olympique lyonnais, accroche ce sésame.

L'OL n'a plus que deux points de retard sur son rival phocéen.

Mais déjà, le nom de l'Italien Claudio Ranieri circule, au point de faire fantasmer les supporters.

Malgré son avenir incertain, Genesio ne se démonte pas. Le discours d'Aulas "m'a énormément boosté et vite fait passer d'un état dans lequel j'étais très déçu, frustré et en colère à une attitude dans laquelle je me suis tout de suite projeté vers le déplacement à Marseille avec l'ambition et la certitude que l'on pouvait gagner là-bas", relate-t-il.

"C'est ce qui a été transmis par tout un club à l'équipe afin qu'elle soit en confiance pour livrer le match réalisé", a poursuivi Genesio.

"Il reste huit matches, huit finales et 24 points à prendre. Nous avons relancé la fin de championnat. Il ne faut pas s'arrêter à cette victoire. Notre équipe a eu des résultats en dents de scie. Après des performances
contre des gros nous avons parfois déchanté", prévient déjà l'entraîneur.

"Il faut lutter contre cela. Marseille et Lyon sont deux bonnes équipes et cela se jouera dans les têtes, dans la lucidité, la sérénité affichée dans l'approche de nos matches", poursuit le technicien.

"Il faut compter sur nous-mêmes plus que sur une défaillance de nos concurrents", conclut Genesio.

Contre Toulouse, celui-ci devra surmonter l'absence de ses deux buteurs, Nabil Fekir et Mariano, 32 buts à eux deux sur les 62 inscrits par l'OL en Ligue 1.


Avec AFP







 

Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 10 Juillet 2018 - 12:45 Transferts/L1 - ASSE: Maïga prêté à Metz