Lyon 1ère

Peillon veut défendre l'idée européenne contre "le repli nationaliste"

Vendredi 7 Mars 2014

Peillon veut défendre l'idée européenne contre "le repli nationaliste"
Vincent Peillon, tête de liste du PS aux élections européennes dans la circonscription sud-est, a assuré vendredi à Lyon vouloir défendre l'idée européenne contre "le repli nationaliste" à l'occasion de ce scrutin.
 
"Nous ne pouvons accepter que le Front national soit la première force politique dans cette grande région", a déclaré Peillon à l'AFP, en marge d'une réunion interne de cadres du PS venus des 16 départements de la région sud-est.
 
Faisant état d'un sondage qui place la liste conduite par Jean-Marie Le Pen en tête avec 26% des intentions de vote, loin devant celle du PS (15%), le ministre de l'Education nationale a souligné que l'enjeu de ce scrutin est de "mobiliser les progressistes et les républicains".
 
"Il ne faut pas qu'il y ait un 26 mai 2014 comme il y a eu un 22 avril 2002", a-t-il affirmé en référence à la qualification, le 21 avril 2002, de Jean-Marie Le Pen au second tour de l'élection présidentielle et à
l'élimination du candidat socialiste d'alors, Lionel Jospin.
 
"On peut avoir des insatisfactions vis à vis du gouvernement, de l'Europe, mais il n'est pas possible que la première force politique soit l'extrême-droite dure", qui "véhicule en permanence la haine de l'autre", a-t-il ajouté.
 
Face à "la montée des anti-européens, des xénophobes, des antisémites et de l'extrême-droite", le chef de file socialiste entend défendre "l'idée de l'Europe qui est en soi belle" et qui a "permis à beaucoup de pays voisins de revenir à la démocratie, à la prospérité".
 
"L'Europe a bon dos. Ce n'est pas elle qui est à l'origine de tous nos maux, ce n'est pas l'Europe qui fait que nous n'avons pas préparé l'avenir ou la transition énergétique. Ce sont toutes les incuries, les lâchetés
françaises qui lui sont imputées", a-t-il estimé.
 
Rappelant qu'il avait voté "contre le traité" de Lisbonne, M. Peillon a indiqué vouloir prôner "une Europe réorientée", estimant que ses politiques sont aujourd'hui "portées par la droite européenne qui la dirige".
 

Avec AFP




Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 16 Octobre 2018 - 22:40 Ça Bouillon(ne) à l’Intérieur

Lundi 15 Octobre 2018 - 23:09 Big Brother à la SNCF

Dimanche 14 Octobre 2018 - 09:17 Changement de génération chez Les Republicains

Vendredi 12 Octobre 2018 - 22:44 Le Parti socialiste à l’heure européenne