Lyon 1ère

Peine alourdie en appel pour un condamné du procès d'Echirolles

Vendredi 7 Avril 2017

L'un des dix condamnés pour le meurtre de Kevin et Sofiane lors d'une rixe à Échirolles (Isère) en 2012, le seul à avoir fait appel, a vu sa peine alourdie - de 14 à 15 ans de prison - vendredi par la cour d'assises d'appel du Rhône.

Youssef Camara était accusé d'avoir participé au lynchage des deux victimes le 28 septembre 2012. Il avait alors tout juste 18 ans. Il avait été condamné à 14 ans de réclusion criminelle en première instance devant les assises de l'Isère en décembre 2015.

A Lyon, l'avocat général a requis 18 ans et les jurés ont tranché à 15.

Ses avocats Me Federico Steinmann et Me Bernard Ripert, "persuadés qu'il ne pouvait être juridiquement qu'acquitté", se sont immédiatement pourvus en cassation, ont-ils annoncé à l'AFP.

Tout le dossier est une supercherie juridique car les cours d'assises violent le principe de la responsabilité pénale individuelle", a déclaré Me Steinmann, rappelant qu'il a "été requis qu'une action collective a abouti aux décès".

"On lui reprochait d'avoir heurté Sofiane avec son scooter alors qu'il était à terre mais sûrement pas de lui avoir roulé dessus. Le légiste l'a exclu", a précisé l'avocat. "En d'autres termes, si Youssef Camara n'avait pas été présent, cela n'aurait rien changé au sort absolument dramatique de Kevin et Sofiane."

Me Francis Szpiner, avocat des parties civiles avec son confrère Me Kanaya Manivong, s'est lui "réjoui" que "le principe de la culpabilité de Youssef Camara" ait été "confirmé" car "ça aurait été une injustice pour les familles de voir un coupable s'échapper".

La mort de Kevin Noubissi, étudiant en master de 21 ans, et Sofiane Tadbirt, éducateur de 22 ans, dans un parc d'Échirolles près de Grenoble, avait suscité une vive réaction politique. Plusieurs ministres et le président Hollande s'étaient rendus sur place.

Kevin avait été frappé de huit coups de couteau, dont un mortel au poumon. Sofiane avait été poignardé à 31 reprises, dont neuf fois dans le dos, et frappé au crâne avec un marteau.

L'enquête n'est pas parvenue à déterminer avec certitude qui avait porté les coups mortels. Les armes du crime n'ont jamais été retrouvées et seuls deux accusés ont accepté d'enfreindre la loi du silence.

En novembre et décembre 2015, douze accusés, âgés de 19 à 24 ans, dont deux mineurs au moment des faits, avaient comparus à huis clos. Dix avaient été condamnés à des peines de 8 à 20 ans de réclusion criminelle et deux acquittés.

Outre Youssef Camara, deux autres condamnés avaient fait appel avant de se désister.

 
Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20