Lyon 1ère

Perrin-Gilbert: "des responsables politiques m'ont dénoncée..."

Vendredi 20 Décembre 2013

Au lendemain de sa garde à vue de 10 heures à l'Hôtel de Police de Lyon, Nathalie Perrin-Gilbert réagit par la voie de son avocat, Me Alain Couderc.

"La mise en cause dont je fais l'objet, en tant que maire du 1er arrondissement, s'écroule d'elle-même et la garde à vue prend fin sans aucune poursuite" commente NPG dans un communiqué portant en-tête de sa mairie d'arrondissement.

L'élue ex-PS s'étonne que sa garde à vue lui ait été signifiée dès son arrivée dans les locaux de la PJ, alors qu'elle avait été invitée à se présenter par téléphone, une convocation informelle "dont l'objet annoncé était de voir clair sur les violences à l'encontre de policiers et de moi-même" selon la jeune femme.

La maire des pentes s'interrogent aussi sur la qualification retenue qui, selon elle, soulève une question juridique: "complicité passive et incitation à la violence qui engageraient la responsabilité de tous les participants à une manifestation dans laquelle des débordements auraient été constatés"...Qualifications qui n'existent plus dans le code pénal depuis 20 ans, selon NPG.

Mais l'élue ex PS candidate aux prochaines municipales, estime surtout que la qualification retenue se heurte à la réalité des faits: "comment évoquer une incitation à la violence alors que tous les témoins font état au contraire des démarches de conciliation que j'ai engagé pour une issue apaisée ?" s'interroge la maire du 1er, qui, du coup, réclame des investigations supplémentaires. "Des responsables politiques (absents de la manifestation) m'ont publiquement dénoncé comme étant à l'origine de l'occupation, voire responsable de l'ouverture des portes du collège".

Au lendemain de l'occupation du collège François Truffaud à la Croix-Rousse, Gérard Collomb avait réagi: “Je trouve totalement irresponsable qu’on en appelle à l’occupation de locaux publics, comme je trouve totalement irresponsable d’appeler à occuper des locaux qui aujourd’hui sont en devenir. Je comprends que les gens soient sensibles aux problèmes du non-logement. Ce que je comprends moins bien, c’est que cette sensibilité puisse être instrumentalisée par un certain nombre d’élus. Élus qui n’ont pas montré pour le logement, en tout cas au niveau du Grand Lyon, une très grande appétence au cours des six dernières années" avait déclaré le maire de Lyon, sans citer directement le nom de NPG.

Nathalie Perrin-Gilbert estime enfin que l'interrogation essentielle porte sur le rôle de l'élu local..."Peut-on être en responsabilité sans engagement ? Pour ma part, j'ai choisi depuis 2001 d'être présente sur le terrain aux côtés de mes administrés pour donner à leurs attentes un écho plus fort et jouer mon rôle qui est aussi celui de la médiation".

Ce vendredi soir, sur Lyon 1ère, la réaction de Me Alain Couderc après cette garde à vue....


Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20