Lyon 1ère

Privatisation de l'aéroport de Lyon: le référé-suspension de riverains examiné mardi

Lundi 2 Mai 2016

Privatisation de l'aéroport de Lyon: le référé-suspension de riverains examiné mardi
Le Conseil d'État examinera ce mardi un référé-suspension déposé par une association de riverains contre la privatisation de l'aéroport de Lyon Saint-Saint-Exupéry lancée par le
gouvernement.
 
L'Association contre l'extension et les nuisances de l'aéroport Lyon-Saint-Exupéry (Acenas) qui conteste les modalités du processus de vente des 60% que l'État détient dans l'aéroport lyonnais, estime que la privatisation entraînera une "explosion des nuisances aériennes, routières et ferroviaires" pour les riverains.
 
"Le cahier des charges de la vente prévoit en effet un doublement du trafic aérien à 20 millions de passagers et la création d'une méga zone fret pour le sud de l'Europe", a dénoncé l'Acenas dans un communiqué diffusé lundi. "Un développement ne peut pas être harmonieux s'il sacrifie une partie de la population", a-t-elle ajouté.
 
Le juge des référés rendra une ordonnance dans les prochains jours. Outre cette procédure dite d'urgence, le Conseil d'État est également saisi d'une requête en annulation au fond.
 
L'État a donné, le 10 mars, le coup d'envoi à la privatisation partielle des aéroports de Nice et de Lyon, qui pourrait lui rapporter autour de deux milliards d'euros, en lançant les appels d'offres pour la cession des 60% qu'il détient dans les deux infrastructures. Le choix des acquéreurs devrait intervenir cet été.
 
A Lyon, le choix de la privatisation bénéficie d'un certain consensus auprès des acteurs locaux impliqués dans le dossier, collectivités locales et chambre de commerce et d'industrie en tête. Selon eux, l'aéroport dans son intégralité est valorisé entre 800 millions et un milliard d'euros.


Avec AFP


 
Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20