Lyon 1ère

Radio France: les radios locales privées ne veulent pas payer les pots cassés

Vendredi 10 Avril 2015

Radio France: les radios locales privées ne veulent pas payer les pots cassés
La crise inédite que traverse le groupe public Radio France s'accompagne de déclarations diverses qui ne rassurent pas les radios privées locales et indépendantes.

Samedi 4 avril, la Ministre Fleur Pellerin souhaitait élargir le champ d'annonceurs
autorisés à la publicité sur les antennes du groupe Radio France.

Le SIRTI, qui regroupe 150 radios et tévisions indépendantes dont Lyon 1ère, dénonce cette décision et souligne "la menace pour toute l'économie de la radio en France".

 

Les radios commerciales privées rappellent tirer leurs seules ressources de la publicité et avoir consenti depuis plusieurs années « des efforts de maîtrise de leurs dépenses qui n'étaient pas faciles à mettre en oeuvre ».

Pour le Syndicat Interprofessionnel des Radios et Télévisions Indépendantes: « La problématique de Radio France n'est pas un problème de ressources mais bien de dépenses. Ce n'est pas aux radios privées de faire les frais de l'incapacité de la tutelle à empêcher la dérive des coûts de Radio France et à ajouter aux ressources prélevées sur le contribuable celles ôtées aux radios privées ».

Outre l'assignation de Radio France au Tribunal de Commerce de Paris, les radios commerciales privées annoncent d'autres actions, notamment au niveau européen ou sur leurs propres antennes.

Les radios privées demandent au gouvernement de « renoncer purement et simplement à cette décision pour ne pas précipiter l'ensemble du paysage radiophonique français dans de graves difficultés en croyant résoudre celles du secteur public ».

 

Mardi, le SIRTI et le Bureau de la Radio (qui regoupe les radios privées nationales) avaient rendez-vous à l'hôtel de Matignon, une délégation commune devant être reçue par les conseillers audiovisuels du Premier Ministre.

A cette occasion, les représentants des radios privées ont pu exposer les dangers de l'élargissement des possibilités publicitaires de Radio France.

Outre le risque d'une déstabilisation du marché national, ils ont souligné le problème particulier des antennes locales de France Bleu si celles-ci accèdent également à la publicité de marque et d'enseignes au niveau local.

Au sortir de ce rendez-vous, les radios privées ont décidé de poursuivre et d'amplifier leur action, en adressant par voie d'insertions dans la presse écrite une lettre ouverte au Premier Ministre.



 



Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20