Lyon 1ère

Suicide d'un adolescent: délibéré reporté pour un couple jugé en appel

Mercredi 5 Avril 2017

Le jugement du procès en appel à Grenoble d'un couple, poursuivi pour "non-assistance à personne en danger" après le décès d'un adolescent de 15 ans, a été renvoyé au 31 octobre dans l'attente d'une
expertise toxicologique.

La demande de cette expertise avait déjà été le motif d'un premier renvoi
en décembre dernier. Elle est destinée à "affiner les données dans le temps
des effets des toxiques sur l'adolescent", avait alors expliqué le parquet général de la cour d'appel de Grenoble.

Julien C. est mort le soir du 28 novembre 2013, 24 heures après avoir
ingéré un grand nombre de comprimés de Colchimax, un médicament contre la goutte, destiné à sa belle-mère, et trouvé au domicile paternel, à Saint-Quentin-Fallavier

La veille au soir, l'adolescent avait été pris de maux de ventre, de
vomissements et de diarrhées. Sa belle-mère, Karine G., infirmière de métier, avait suspecté une gastro-entérite, sans appeler de médecin.

Depuis, sa mère et son grand-père, domiciliés dans la Loire, se battent
pour comprendre pourquoi le père de l'adolescent et sa compagne n'ont pas
prévenu les secours plus tôt.

Notamment après la découverte, le jour du drame, de boîtes de cachets vides dans la pharmacie de la maison.

En septembre 2014, Laurent C. et Karine G. avaient été relaxés par le
tribunal correctionnel de Vienne (Isère). En appel, l'avocat général a requis le 11 octobre à Grenoble la confirmation de la relaxe du couple, considérant l'absence "de certitudes, ni de faisceaux de preuves qui puissent aboutir à une condamnation".

"On attend le rapport d'expertise. C'est reporté au 31 octobre", a dit mardi à l'AFP Me Yves Sauvayre, avocat de la belle-mère de la victime, une date confirmée par Me Henri Llacer, le conseil du père.



Avec AFP



Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20