Lyon 1ère

Un indépendant de la radio à l'assaut de...Radio France !

Mercredi 12 Février 2014

Philippe Gault
Philippe Gault
Un indépendant et pas des moindres...Le président du SIRTI (Syndicat Interprofessionnel des Radios et Télévisions Indépendantes) figure dans le dernier carré des candidats à la présidence de Radio France.

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a retenu six candidats, pour la plupart attendus, à la présidence de Radio France à partir de mai, date de la fin du mandat de l'actuel président Jean-Luc Hees.
 
Sans grande surprise, Jean-Luc Hees, candidat à sa propre succession, Martin Ajdari, le secrétaire général de France Télévisions, Anne Durupty, directrice générale d'Arte France, Anne Brucy, ex-directrice de
France Bleu, moins attendus, Mathieu Gallet, président de l'INA (Institut national de l'audiovisuel) et Philippe Gault, président du Sirti (Syndicat des radios et télévisions indépendantes).
 
Philippe Gault, dans un courrier aux radios indépendantes, dont Lyon 1ère fait partie, explique sa candidature à la présidence de Radio France

"J'ai certes plus de trois décennies d'engagement professionnel dans notre secteur, mais plus enracinée encore j'ai une passion pour la radio depuis l'enfance, quand j'écoutais sur mon transistor AM tout de la radio publique des années 60, les discours du général de Gaulle, les premiers Pop Club de José Arthur, et jusqu'à la Marseillaise qui encadrait alors, à 6h et minuit les émissions de la radio publique, de la « voix de la France »."

"Ma candidature à la présidence de Radio France détonne parmi les énarques, anciens des cabinets ministériels, dirigeants de sociétés publiques, pour lesquels Radio France serait une nouvelle ligne dans leur CV et un tremplin vers un poste plus élevé encore" explique le patron des radios indépendantes.

"Un candidat professionnel, issu du monde des PME et non de ce qu'on appelle mystérieusement « le sérail », devrait pouvoir accéder à cette responsabilité. Et pourquoi pas ? Je n'ai en tout cas pas lu le contraire dans la nouvelle loi relative à l'indépendance de l'audiovisuel public".

Le CSA avait reçu 12 dossiers de candidatures. Après audition des prétendants à huis clos, les neuf membres du collège du CSA choisiront le patron des radios publiques par un vote à bulletin secret le
7 mars. Le CSA retrouvera ainsi pour la première fois le pouvoir de nomination des patrons de l'audiovisuel public qu'il avait perdu sous la présidence Sarkozy.
 
Cette procédure inédite de nomination -- dépôt des candidatures, vote du collège du CSA à bulletin secret sur les candidats retenus, audiences à huis clos, second vote à bulletin secret pour choisir le président -- a été mise en place par le CSA et son nouveau président Olivier Schrameck pour garantir l'indépendance du CSA face au pouvoir.




Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20