Lyon 1ère

Une lycéenne "radicalisée" recherchée, son amie rentrée dans sa famille

Dimanche 6 Mars 2016

Israé, lycéenne "radicalisée" de Haute-Savoie, soupçonnée de vouloir rejoindre les rangs du groupe État islamique en Syrie, était toujours recherchée dimanche soir, tandis que sa camarade de fugue, Louisa, venait de rentrer dans sa famille.
 
L'adolescente était dimanche soir entendue par les enquêteurs.
 
Samedi, la gendarmerie nationale avait lancé un appel à témoins pour tenter de retrouver Israé A. et Louisa B., âgées de 15 et 16 ans. Selon les gendarmes, alertés vendredi soir, ces deux pensionnaires d'un lycée professionnel de Seynod, près d'Annecy, étaient "susceptibles de quitter le territoire national par tous les moyens, et d'utiliser de fausses identités".
 
Leurs camarades les auraient vues pour la dernière fois vendredi vers 13H00, quittant l'établissement. Le parquet d'Annecy soupçonnait les deux mineures "d'être parties ou de vouloir partir en Syrie" et évoquait leur "projet de prendre un train pour Paris depuis Chambéry". Selon la même source, Israé était "déjà suivie pour radicalisation" et "avait été placée en foyer", avec "interdiction de sortie du territoire". Pareille mesure avait été
délivrée samedi pour Louisa.
 
"On ne sort pas facilement de cet engrenage (...) elle s'est fait embobiner", a déploré Nadia, la mère d'Israé, racontant dans Le Parisien comment, deux ans plus tôt, elle avait déjà rattrapé sa fille "in extremis" à la gare, "alors qu'elle voulait partir en Syrie" pour "aider les enfants et servir une bonne cause".
 
Nadia avait alors appelé le numéro vert Stop Jihadisme et Israé avait suivi une procédure de "déradicalisation" avec le Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l'islam (CPDSI). "On a l'impression que ça recommence!", s'est lamentée la mère, en évoquant des propos de sa fille sur "la mécréance", en dépit d'une éducation "laïque".
 
Selon Dounia Bouzar du CPDSI, Israé venait de sortir de l'hôpital psychiatrique pour une "dépression de l'adolescence". Elle est "fragile", "veut mourir" et il lui faut un lieu "cocoonant": pour l'anthropologue, "le réseau l'a récupérée".
 
Louisa, en revanche, n'avait pas été signalée et n'aurait fait que suivre son amie. Son oncle, d'ailleurs, se refusait à croire à un départ en Syrie, évoquant une simple "fugue".
 
Fragiles psychologiquement, hyperconnectés, ces adolescents sont la cible idéale des "rabatteurs francophones qui individualisent l'offre pour toucher des jeunes différents", explique Dounia Bouzar. Aux filles, ils font miroiter "un mariage avec un héros qui se sacrifie pour sauver les enfants gazés par Bachar al-Assad": le mythe de "Daechland", "ça marche très fort pour des filles hypersensibles", "trahies par des copines" et en quête de "vraies
amitiés", analyse-t-elle.
 
Sur les quelque mille jeunes actuellement suivis par le CPDSI, 70% ont moins de 20 ans et le plus âgé n'en a que 22. Chez les filles, les tentatives de départ peuvent commencer dès 12 ans, 15 ans pour les garçons.
 
En octobre 2014, Assia, une jeune de 15 ans de l'Isère, voulait aussi partir "faire le jihad" en Syrie. Mais sa fugue avait pris fin, quatre jours plus tard, à Marseille. "J'ai été entraînée en voyant les vidéos (...) A Marseille, j'ai rencontré des gens qui m'ont beaucoup aidée et m'ont expliqué que le jihad n'était pas l'islam, que là-bas, c'était des terroristes qui tuaient des femmes et des enfants. Donc, après, j'ai arrêté", avait alors expliqué l'adolescente.
 
Suivie par le CPDSI après avoir projeté un attentat-suicide contre une synagogue de Lyon à l'été 2014, Léa (prénom modifié), jeune "déradicalisée" de 17 ans, a été incarcérée en janvier pour avoir, elle aussi, replongé en prenant contact avec des rabatteurs.
 
Plus d'un millier de Français se sont rendus en Syrie ou en Irak, dont près d'un tiers de femmes. Près de 600 s'y trouvent toujours et "161 au moins" y sont morts.


Avec AFP

 

Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20