Lyon 1ère

"Veuve noire de l'Isère": peine supérieure à 25 ans requise en appel

Lundi 30 Mai 2016

"Veuve noire de l'Isère": peine supérieure à 25 ans requise en appel
Une peine "supérieure à 25 ans" de réclusion a été requise lundi à l'encontre de Manuela Gonzalez, surnommée "la veuve noire de l'Isère", jugée en appel devant les assises de la Drôme pour le meurtre de son dernier mari en 2008.
 
Manuela Gonzalez est une menteuse en "série" pour qui "l'argent est le nerf
de la guerre", a lancé l'avocat général en dressant un portrait sans
concession de l'accusée de 55 ans, qui clame son innocence et comparaît libre.
 
Elle avait été relâchée en septembre après cinq ans de détention, en partie
provisoire, la justice estimant que le délai entre son premier procès et
l'appel était trop long.
 
Condamnée en première instance à 30 ans de réclusion criminelle en 2014,
Manuela Gonzalez est accusée d'avoir tué son mari, Daniel Cano, découvert en 2008 à l'arrière de son véhicule brûlé. L'enquête avait conclu à un incendie
volontaire et les analyses toxicologiques avaient révélé la présence de trois
somnifères dans le sang de la victime.
 
Un mois plus tôt, il avait déjà failli mourir dans l'incendie de la chambre
conjugale. Le tout sur fond de tensions rapportées au sein du couple,
notamment en raison d'un emprunt de 165.000 euros contracté sur le dos du mari.
 
Deux des anciens compagnons de l'accusée ont déjà péri de mort violente et
deux autres ont été intoxiqués, d'où son surnom de "veuve noire" que
contestent ses avocats.
 
Pour le meurtre de son mari, il n'y a pas non plus de preuves matérielles.
Mais pour l'avocat général, il y a un mobile "criant de vérité": l'argent. Des
problèmes avec l'auto-école, l'addiction aux jeux.
 
Même analyse pour les avocats des parties civiles: "il faut tuer Daniel
Cano (...) parce que dès qu'il sera mort, l'assurance du crédit hypothéqué
marchera" et ce sera "165.000 euros de gagné", a plaidé l'un d'eux, Me
François Leclerc, évoquant aussi l'héritage de la maison, les apports d'une
assurance-vie et d'un contrat de prévoyance.
 
"Il ne faut pas que ce soit un suicide sinon tout tombe à l'eau", donc
"encore de la drogue et encore du feu", justifie l'avocat en référence au
destin des anciens compagnons de l'accusée.
 
Le verdict est attendu dans la soirée après les plaidoiries de la défense.


Avec AFP



 
Gérald BOUCHON---un incendie, un accident, un radar...appelez notre numéro URGENCES 24H/24, 7J/7: 0950.21.90.20